Guerande Infos

Tennis de Bréhadour : échange de balles entre majorité et oppositions

Le Tennis Club Guérande de la zone de Bréhadour ne peut accueillir d'autres licenciés faute de place, surtout en cas de mauvaises conditions métrologiques. Il s'agissait pour le conseil municipal de s'interroger sur un projet de couverture des courts. Cela permit d'ouvrir une discussion sur le choix des priorités en matière d'investissements sportifs.
image www.favarettigroup.it
image www.favarettigroup.it

Structure gonflable et temporaire : fragile et nécessitant un équipement de ventilation et de chauffage et structure en dur peuvent être comparés pour couvrir les courts. Le coût est estimé à 190 000 €, ce type d'équipement pourrait bénéficier de subventions, il ne s'agit pas de décider dans l'immédiat mais d'engager la réflexion. Rapidement la discussion va se porter sur le sujet : « d'autres tennis à Bréhadour ou ailleurs ? »

« Le sport de plein air subi »

Est-il opportun d'investir pour les tennis à Bréhadour alors qu'il y aura peut-être des tennis à Maison Neuve ? s'interroge Frédéric Miché.
« Cela ne serait pas avant 7 à 9 ans. » « On ne passe pas de 2 à 16 couverts » répond Frédéric Dunet, mais de « 2 à 4 on pourrait...  et cela permettrait de récupérer eventuellement de la place à Maison neuve pour autre chose» Hélène Challier voudrait «peut-être regarder une mutualisation avec La Baule ? » Pour elle, il est important « de réfléchir aux stratégies». Ce que partage le groupe écologiste, qui ne souhaite pas d'investissement « au coup par coup » et conteste la méthode, « souhaitant une concertation ».
Le maire répond que des contacts sont établis avec le conseil général « nous partageons votre vision , mais concernant le complexe Jean Ménager, il faut travailler, pour le terrain synthétique Guérande ne pourra pas seule, c'est un investissement trop élevé ».
Hélène Challier souligne la  difficulté pour les établissements scolaires de pratiquer le sport et tout le monde semble d'accord pour dire que cela ne va pas s'arranger avec la réforme des rythmes scolaires, pointant « l'effet domino » de l'usage des installations, s'accordant sur le fait  qu'il est important de « redynamiser l'OMS » et que la gouvernance ne peut se faire sans les clubs. Frédéric Dunet martèle : « c'est une rélexion que nous allons mener ensemble dans la commission ».
On retiendra que le conseil municipal de Guérande est très « in » puisque comme le Larousse 2014, il vient d'adopter le verbe « prioriser », pour « hiérarchiser les priorités ».
Les écologistes voteront contre, le groupe Challier d'abstiendra.




 

Auteur : LY | 27/05/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Autant de panneaux mais pour « affichage libre » »
Article suivant : « Le confortement des berges : un million d'euros/km »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter