Guerande Infos

Le confortement des berges : un million d'euros/km

Le conseil municipal de ce lundi devait voter pour lancer les travaux de confortement des berges de l'étier avec les communes du Pouliguen et de La Baule.
Laurent Boulo
Laurent Boulo

La cote d'une marée d'occurrence centennale a été retenue augmentée de 60 cm pour dimensionner le projet de confortement des breges. Soit 4,5 NGF à l'entrée du port. « Sauf que ces valeurs sont basées sur des valeurs du GIEC (Groupement intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat) http://www.developpement-durable.gouv.fr/Presentation-du-GIEC.html de 2007 » et n'ont pas été révisées » fait remarquer Frédéric Miché qui regrette une fois de plus « qu'il n'y ait as eu de projets comparés, et qu'il n'y ait pas de porte à l'étier etdonc des risques d'effondrements ». Pour lui les dossiers ont été déposés « au plus vite pour obtenir des subventions, et doute que le budget d'entretien de 74 000 €/an (à partager entre les communes au prorata mètre linéaire de longueur de digue, puissse faire objet de subvention ». Il profite du sujet pour rappeler « les coûts induits par la gestion incohérente de l'habitat ». Le maire répondra, conciliante, « cela vous paraît peut être insuffisant, la solution technique est contestée mais il faut que ce dossier aille au terme dans les meilleurs délais, il fallait aussi réagir au traumatisme de la tempête Xyntia».

Le projet en chiffres

Les travaux ont été évalués à 7 368 k€ la maîtrise d'ouvrage globale 688 k€ et l'entretien 74 k€ annuels soit un peu plus de 8 M€.
Une convention relative au PAPI (programme d'action et de prévention des inondations) pour 2013 à 2018 a arrêté le programme subventions à 7254 k€, l'État s'engageant pour 2 900 k€ le conseil régional pour 1 088 k€ et le conseil général pour autant. Soit 5 076 k€. Il reste donc environ 3 M€ d'euros à trouver, auprès de fonds prioritaires (FEDER 2014-2020) et de l'emprunt. Le PAPI permettant d'obtenir des taux préférentiels.
La maîtrise d'ouvrage a été déléguée au SIVU du port, les travaux commenceront en septembre.
 

Le choix de loyauté de Laurent Boulo

Le conseiller de la majorité était devant un curieux dilemme : il expliqua qu'il faisait partie de ceux qui avaient étudié le projet « côté professionnel » et qu'il « y avait eu beaucoup de discussions ». Il ne semblait pas d'accord avec les solutions proposées. Il ne pouvait donc pas voter pour. En même temps, il pensait difficile de voter « contre sa majorité » il s'abstint donc, comme le groupe Challier, alors que le groupe écologiste votait contre.

Auteur : LY | 27/05/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Tennis de Bréhadour : échange de balles entre majorité et oppositions »
Article suivant : « La concertation pour le PLU s'ouvre »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter