Guerande Infos

« Le Presqu’île Guérandaise Athlétic Club » grandit vite, est plus fort et voit plus loin

Créé en 2002, de la fusion des clubs guérandais et baulois de la Saint-Aubin et de l’ASAB, le PGAC est désormais bien ancré dans le paysage sportif de la région. Mieux, il s’étend désormais à Herbignac, et son palmarès commence à sérieusement s’étoffer. Le club propose trois sections : l’école d’athlétisme, l’athlétisme de compétition, et l’athlétisme loisirs. Mais il doit s’adapter et développer ses moyens humains et structurels pour continuer sa croissance.
L’école d’athlétisme d’Herbignac.
L’école d’athlétisme d’Herbignac.

Alors qu’il n’a pas encore 10 ans d’existence, le club présidé par Didier Baholet s’est hissé au 460e rang national sur les 1700 affiliés à la Fédération Française d’Athlétisme. Une première belle perf pour le PGAC et ses 172 adhérents ! Il faut dire qu’avec ses champions, président en tête, le club commence à faire parler de lui au niveau régional et même national. Ainsi, le week-end dernier, Juan Carlos Largo-Gomez a remporté les titres vétérans du lancer du poids (11 mètres) et du lancer du disque (36,08 mètres), lors des championnats interrégionaux (Poitou Charente, Centre, et Pays de Loire). Dans cette même compétition, Didier Baholet a décroché la médaille d’argent sur le 1500 mètres en 4’50’’05. Trois autres sportifs se sont illustrés : Gaëtan Picaud, au championnat interrégional de cross à Saint-Estephe en Charente, franchissant la ligne en 95e position sur plus de 300 qualifiés, et aussi Hervé Naël (vétéran) et Corentin Rassin (cadet).
Ces résultats ne sont pas le fruit du hasard, le club bénéficiant d’un encadrement de qualité et compétent avec même des parents très impliqués sur Herbignac, par exemple. « Mais c’est encore un peu juste. Aussi, nous allons lancer un programme de formation de 2-3 ans pour de nouveaux entraîneurs. C’est important pour le club, et nous souhaitons des éducateurs spécifiques pour faire progresser nos athlètes et faire travailler les jeunes », ajoute Jean Godefroy, chargé de la communication et de la promotion au PGAC. Aussi, le PGAC possède un bien joli porte-étendard avec Alice Lermusiaux, junior 1ère année, et première athlètes du club à s’être qualifiée pour le championnat national !
Si deux clubs sont à l’origine du PGAC, il rayonne désormais sur la quasi-totalité de la Presqu’île. Lors de la fusion, les Guérandais ont apporté le plus gros de la troupe, les Baulois avaient quant à eux les structures. Aujourd’hui, la situation n’a guère évolué, surtout en ce qui concerne les structures. Heureusement, à Herbignac, le PGAC a trouvé un nouveau terrain de jeu. Mais l’organisation de la saison d’hiver n’est pas facile, faute de salle, et l’abri qu’offrent les tribunes du stade de La Baule n’est pas très satisfaisant par temps de pluie. Deux solutions peuvent être envisagées : trouver une commune avec une salle (y’aurait bien La Turballe…) ou être associé à un projet de construction de salle des sports.
Parce qu’avec 74 enfants de 7 à 11 ans à l’école d’athlétisme, 80 ados et adultes en compétition, une quinzaine de pratiquants en loisirs, ça en fait du monde à courir, sauter et lancer dans tous les coins. Et le PGAC devra penser à soigner ses petites perles telles Maxime Jolivet, vice-champion régional du Triathlon, et qui vient d’écraser la concurrence récemment sur un octathlon avec 900 points d’avance. Car l’athlétisme, ce n’est pas que courir en rond autour d’une piste de 400 mètres : il y a les sauts et les lancers bien-sûr, et à peu près toutes les combinaisons possibles course-saut-lancer dans des épreuves, et aussi de la marche athlétique, ou encore de la course hors-stade tels que des trails ou du cross-country.
Le PGAC, c’est aussi une section loisirs. « Il y a beaucoup d’intérêt à pratiquer. D’abord, c’est rompre l’isolement et la monotonie. On peut y trouver des clés pour son bien-être, renforcer son équilibre, se défouler, rencontrer des gens de tous âges dans une ambiance plutôt conviviale », explique Jean Godefroy. Les femmes sont les plus nombreuses, et certaines franchissent même le pas vers la compétition. Le dirigeant ajoute : « Courir, ça fait du bien à la tête et aux jambes ! Souvent, on voit des mamans qui accompagne un enfant et qui s’y mettent. Elles découvrent de nouvelles possibilités. Nul axe de performance n’est demandé, c’est l’esprit du loisirs ».
Hors des stades, des routes et chemins, le PGAC est également présent et actif dans la vie de la cité. D’abord, il est présent au sein de tous les Offices Municipaux des Sports, afin de s’insérer dans la communication des différentes communes. Il participe aussi aux Forums des Associations de Saint-Lyphard et Mesquer, à la Fête du sport de Guérande, et participera à ce même type d’événement à La Baule (fin mai) et Le Pouliguen (juin).

Pour tout renseignement : 0681068539 ou 0240429129. Contact mail : mariethereseleroux@club-internet.fr
Site internet du club : www.pgac.fr
Le PGAC invite toutes les personnes intéressées à venir découvrir ses activités. Tout au long de l’année, guerande-infos.net suivra les résultats des athlètes guérandais.

Le président et fondeur, Didier Baholet.
Le président et fondeur, Didier Baholet.
Gaëtan Picaud.
Gaëtan Picaud.
Auteur : YD | 20/04/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Le Guérandais Florian Boden s'impose au 4e Open national eight pool »
Article suivant : « Plus de 5000 spectateurs attendus pour l'arrivée du Tour de Bretagne »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter