Guerande Infos

La Saint- Aubin monte en DRH !

C'est désormais une certitude, la Saint-Aubin de Guérande évoluera en DRH pour la saison 2011/2012. Forte de son succès 1 à 0 contre Sainte-Reine-de-Bretagne, et compte tenu de la défaite de Challans à Plessé, la formation de Fabrice Glet et Pascal Verdier atteint donc son objectif à savoir l'accession. Pour les joueurs, les dirigeants, les bénévoles, la municipalité, ce n'est que du bonheur, rien que du bonheur. Retour sur un parcours exceptionnel.

Au soir du 16 janvier 2011, la tristesse se lit sur les visages des joueurs de la Saint-Aubin. Face au leader Challans qui caracole en tête depuis plusieurs semaines, les protégés du président Franck Bertho subissent une défaite 1 à 3. À cet instant du championnat, les Guérandais accusent 11 points de retard sur leur adversaire du jour. C'est la Saint-Aubin qui pleure ! Pour bon nombre d'observateurs et la plupart  des joueurs le retard est tel qu'il paraît rédhibitoire. Mais seul dans un coin, un homme continue de croire au miracle. Il s'agit de Pascal Verdier le co-entraîneur. Avec son compère Fabrice Glet dont c'est la première saison en tant qu'entraîneur, il parvient à remotiver ses joueurs et leur demande de jouer libérés et de se faire plaisir. Le message est reçu, mais les consignes ne sont pas toujours appliquées. La Saint-Aubin connaît parfois quelques ratés, témoins ces matchs nuls concédés face à des clubs comme Aizenay, La Mothe-Achards, La Roche-sur-Yon. Parallèlement, Challans perd de sa superbe essuyant de sévères défaites face aux formations de la Presqu'île comme Donges, Montoir-de-Bretagne ou le SNOS. Tant et si bien qu'à la veille de la 20e journée, la Saint-Aubin ne compte plus que 3 points de retard sur l'équipe Vendéenne. On se dit alors, que le déplacement à Challans peut s'avérer le tournant de ce championnat. Motivés comme jamais, les Guérandais jouent à l'unisson et s'imposent 0 à 1 prenant du même coup la tête du groupe avec une petite unité d'avance. Là c'est la Saint-Aubin qui rit.

La délivrance

Mais comme chacun sait, rien n'est jamais gagné d'avance et le binôme Glet-Verdier sait mieux que quiconque qu'il ne faut compter sur personne. À deux journées de la fin, la Saint-Aubin n'a plus droit à l'erreur et doit gagner ses deux derniers matchs à commencer par celui contre Sainte-Reine-de-Bretagne. Mais voilà, les visiteurs ont eux aussi un objectif, à savoir vaincre pour entretenir l'espoir de maintien. Pas étonnant donc d'assister à une rencontre assez insipide et d'un  niveau relativement faible. Les deux formations visiblement tétanisées par l'enjeu produisent un jeu assez quelconque. Certes, la Saint-Aubin exerce une domination territoriale, mais les occasions de buts se font rares. Il faut attendre la 32' pour voir Audrain inquiéter le portier visiteur sur une tête qui rase la transversale. Christophe Priou assis dans les tribunes est plutôt perplexe : "ça manque de rythme, il y a trop d'espace entre les lignes. Le porteur du ballon manque de soutien". L'analyse du député-maire est on ne peut plus avisée et à cet instant de la partie, on voit mal les Guérandais s'imposer face à des visiteurs certes limités, mais terriblement accrocheurs. En début de seconde période, les locaux accélèrent et montrent un peu plus de mouvements. Il n'en faut pas plus pour déstabiliser les visiteurs qui craquent en fin à la 53' sur une action Glet-Héligon avec à la conclusion de Benoît Audrain le capitaine qui trompe du plat du pied le portier de Sainte-Reine-de- Bretagne. Sur la touche et dans les vestiaires, Pascal Verdier n'a de cesse d'encourager ses joueurs. "Jouez libérés !" leur dit-il. Mais, les conseils du coach ne trouvent que peu d'écho dans les rangs. En plusieurs occasions, la Saint-Aubin retombe dans ses travers. Les minutes s'égrènent doucement, mais le score ne bouge pas. La tension est à son comble, mais elle finit par retomber au coup de sifflet final qui voit la victoire des locaux. Des locaux qui vont laisser éclater leur joie en apprenant la défaite de Challans à Plessé. La Saint-Aubin touche enfin le firmament après cinq années passées en promotion d'honneur. Du bonheur, rien que du bonheur !

Les impressions

Fabrice Glet entraîneur-joueur : "Je suis heureux ! C'est beau pour un club qui va exploser dans les années à venir. J'ai de jeunes joueurs et un adjoint formidable. Nous allons nous rendre à Donges l'esprit libéré".

 
Pascal Verdier co-entraîneur : " Avec 15 départs à l'intersaison, il a fallu reconstruire une équipe avec des jeunes formidables. Même après la défaite à domicile contre Challans et les 11 pts de retard, j'y ai toujours cru. J'ai dit à mes gars "jouez libérés". Ça n'a pas toujours été le cas, mais je dois dire combien ma satisfaction est immense. Je tiens aussi à remercier ma femme et ma fille qui se sont sacrifiées pour moi. Aujourd'hui, ma fille jouait une finale de tennis et je n'étais pas présent."
 
Franck Bertho président du club : "C'est une grande satisfaction après 4 ans d'attente. Trois années, nous avons terminé seconds et une année 3es. La 5e est la bonne. C'est une consécration pour tout un club, même si ce sont les joueurs qui sont allés chercher cette accession en DRH".

Auteur : YE | 08/05/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Après Arsenal et la Juve, à qui la 3e manche du tournoi FIFA 2011 ? »
Article suivant : « La Saint Aubin repart de l’avant, La Madeleine confirme… »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter