Guerande Infos

Les handballeurs de l'USGPH défaits à domicile !

Les handballeurs guérandais perdent logiquement contre Le Mans Sarthe 72 (35-36). Dans une rencontre tendue et serrée, la maîtrise des nerfs, l’envie et la lucidité sont trois ingrédients indispensables pour remporter la victoire. Samedi soir, les Guérandais n’ont pas trouvé la recette…

L’équipe du Mans Sarthe 72 s’est déplacée dans la peau de l’outsider à Kerbiniou et est repartie victorieuse. Et pourtant, l’USGPH prend le meilleur départ sous l’impulsion de Quentin Bompard très adroit devant le but (5 buts en première mi-temps) pour mener 13-9 au bout de 18’30. Mais les joueurs du Mans ne s’inquiètent pas. Quelques parades du gardien, quelques « coups de fusil » du N° 7 et un 5-0 dans les trois minutes qui suivent, et les voilà en tête (13-14). Malgré tout Guérande reste au contact et le score est de 18-18 à la mi-temps.
Les spectateurs Guérandais soufflent et reprennent leurs esprits, histoire de soutenir leur équipe lors de la seconde mi-temps qui s’annonce aussi serrée. Guérande reprend poussivement et se voit menée 21-24 au bout de 5 minutes de jeu. Mais le capitaine Thierry (13 buts) met le bras droit en route et maintient son équipe à flots. 24-24, 30-30 puis 34-34. La tension est grandissante et le match de plus en plus intéressant. Mais Thierry est l’arbre qui cache la forêt guérandaise. Cette équipe manque effectivement d’expérience à l’image d’Alexis Macé, qui s’offre, grâce à sa fougue, quatre un-contre-un face au gardien adverse pour finalement n’en conclure qu’un seul. Ce manque de lucidité dans le dernier geste est symptomatique d’une équipe guérandaise qui perd ses nerfs dans cette fin de match, Rémy Nicolleau, coach de l’USGPH, écopant même de 2 minutes d’exclusion temporaire, logiquement reportées sur l’un de ses joueurs.
Malgré tout ce manque de lucidité et ce déficit d’expérience ne sont pas les principales raisons de la défaite guérandaise. Je vous plante le décor. Il reste 15 secondes, l’USGPH est menée 35-36, les Sarthois sont en possession du ballon, tirent… À coté. Plus que 10 secondes, 9, 8, les joueurs de champ Guérandais se précipitent vers l’avant pour contre-attaquer et profiter du moment de flottement de l’équipe adverse. 7 secondes, Jovan Tomanovic, le gardien de l’USGPH, court récupérer le ballon derrière ses buts, ou plutôt non, marche ! 6, 5, 4 secondes… Trop tard, la fin du match est sifflée. Guérande perd ce match 35-36. De l’incompréhension flotte dans la salle. « Pourquoi n’a-t-il pas couru ? », « il n’a pas vu que c’était la fin du match ou quoi ? ». Deux hypothèses sur le comportement « bizarre » du très bon, malgré tout, portier Guérandais : soit il n’a effectivement pas vu que c’était la fin du match malgré les cris de ses partenaires (pour sa défense, le panneau d’affichage était dans son dos), soit le score lui importait peu. Pour Fredéric Pocheton, son « coéquipier-entraîneur » toujours blessé, qui partit à l’autre bout de salle fulminer, cela ne fait, a priori, aucun doute…

05/12/2010 | 0 commentaire
Article précédent : « La Section Guérandaise d’Haltérophilie et de Musculation se porte bien. »
Article suivant : « Les favoris s'imposent dans la 34e corrida de Guérande »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter