Guerande Infos

Une journée sur Maison-Neuve avec Edouardo Souto de Moura

Lundi dernier, c’est un groupe d’une vingtaine de personnes rassemblant les entrepreneurs choisis par la SELA pour la maîtrise d’œuvre du futur éco-quartier de la Maison-Neuve, ainsi que le député-maire, Christophe Priou, et des techniciens de la ville, qui s’est réuni pour une première séance de travail. Une journée marquée par la présence de l’architecte mondialement reconnu et créateur du projet, Edouardo Souto de Moura.

Le projet de la ZAC Maison Neuve entre dans sa phase de réalisation, et cette première journée de travail sur zone a permis à tous les protagonistes de jeter les bases du futur aménagement de l’éco-quartier. « C’est l’un des sommets de la trilogie guérandaise avec l’opération Grand Site sur les marais salants, et le PEAN (voir : http://www.guerande-infos.net/le-coteau-de-guerande-va-retrouver-sa-vocation-agricole-25-52-605.html ) récemment voté par le conseil municipal. Le projet du quartier du Petit Séminaire viendra également se greffer sur Maison Neuve. C’est un engagement d’un montant d’environ 100 millions d’euros pour une dizaine d’années, il s’agit donc de ne pas se planter ! Cette rencontre, la première inscrite dans le planning du traité de concession avec la SELA est donc très importante », explique Christophe Priou. Aussi, à l’occasion d’une visite sur le site et de deux réunions de travail en mairie, tous les acteurs concernés ont pu faire connaissance. « Il s’agit de fédérer les forces locales pour imaginer une autre façon de construire », ajoute le député-maire. Il pose également toute la problématique du chantier : « Comment fait-on pour allier les aspects économiques et les enjeux écologiques avec nos ambitions pour l’aménagement de l’éco-quartier ? » Et c’est dans le tout nouvel atelier d’architecture de Joël Gimbert, situé boulevard du Nord, que les professionnels et les élus sont venus chercher l’inspiration. « C’est un bon exemple de ce que l’on peut faire du passif en utilisant des matériaux pas trop chers », ajoute Christophe Priou, accompagné par Bruno Schmidt du cabinet Espace-ville.

De Porto à Guérande

L’évènement de cette réunion de chantier, c’est bien entendu la présence d’Edouardo Souto de Moura. Cet architecte portugais, considéré comme l’un des maîtres en son domaine, a obtenu en 2011 le Prix Pritzker, qui peut être comparé au Prix Nobel d’architecture. Edouardo Souto de Moura est un personnage étonnant et charismatique. Le projet Maison Neuve est pour lui comme un défi pour inventer le nouvel habitat du XXIe siècle dans une ville où les vieilles pierres témoignent d’un glorieux passé, et où les rires d’enfants toujours plus nombreux témoignent de nouveaux besoins de logements et d’équipements. « J’aimerais revenir dans 20 ans pour voir comment les gens y vivent », s’amuse-t-il. En lui confiant le projet, suite à son travail dans le cadre des ateliers littoral en 2009 (qui concernaient entre autres les villes de Guérande et Coutance, la Baie de Morlaix), la municipalité a beaucoup investi en ses capacités à relever le challenge, financièrement d’une part (environ 50 000 euros d’honoraires), mais aussi dans la renommée de cet artiste de la construction. Parmi ses plus fameuses réalisations, on remarque tout particulièrement le Centre Culturel et la Galerie d’arts de Porto, mais aussi l’étonnant stade municipal de Braga où l’équipe portugaise bien connue sur la scène européenne évolue dans une enceinte creusée à même la montagne, avec une acoustique et une atmosphère absolument fascinantes. Pour l’anecdote, il vient d’achever tout récemment la maison de Ronaldo, la star du Real Madrid, une modeste demeure de 2000 m2. Mais passer du luxe aux dures réalités des marchés publics et des collectivités n’effraie pas l’architecte : « Peu de gens le savent, mais nous faisons aussi du logement social. Ce que je viens faire ici, je l’ai déjà fait dans un village des Açores. Le plus embêtant, c’est les difficultés administratives, il y a tant de règles en France, c’est infini ! », explique-t-il, sous le regard compréhensif de Christophe Priou. Il ajoute : « Et puis travailler en équipe, avec des gens comme ici, c’est plus intéressant que de travailler seul ».
Edouardo Souto de Moura est tombé sous le charme de la cité médiévale : « Au départ, ce qui m’a impressionné, ce sont les paysages dessinés par les salines, puis la ville elle-même. Ce n’est pas une ville musée car elle réussit à se développer en conservant la qualité de ses paysages et son cœur. Travailler avec ces contraintes, c’est aussi très impressionnant. C’est un défi ». Pour autant, l’homme franc et direct n’est pas du genre conservateur : « Avec les vieilles pierres, ou en voulant toujours faire pareil que dans le passé, on tombe dans le pastiche. C’est bien de vouloir conserver, mais il faut surtout évoluer. Pourquoi toujours faire des toitures en pente avec des lucarnes ? Regardez autour de vous ! Il ne viendrait pas à l’idée de rouler en charrettes tirées par des chevaux aujourd’hui. Pourtant, c’est souvent ce que l’on nous demande en architecture ». Inventeur du concept d’éco-rempart qui permet « un dialogue entre la ville et la campagne » ou encore « comment on agrafe le projet dans la ville », Edouardo Souto de Moura a sa propre conception de l’écologie : « On vient d’aller sur le terrain, c’est très riche en matière de biodiversité. Mais c’est aussi trompeur quand on sait qu’il faut 20 ans pour créer une prairie naturelle, et celle sur laquelle j’ai marché, elle était artificielle. Ce que l’on croit naturel est parfois artificiel, et inversement ». Il complète : « Dire non au béton et oui au vert, c’est une fausse idéologie ».

Un laboratoire d’idées

L’architecte veut faire de la ZAC Maison Neuve un laboratoire d’idées et de créativité, convaincu que ce qui sera construit ici servira d’exemple à l’avenir. « L’architecture va évoluer en raison de la crise et des préoccupations écologiques. Il faut s’y projeter maintenant », commente-t-il.  Les discussions vont donc bon train entre tous les acteurs du projet. « On aborde tout ce qui nous passe par la tête, on parle de nos idées, on met tout en commun. C’est vraiment intéressant. Par exemple, nous ne voulons pas cloisonner les zones genre " ici, c’est ça", "ici, c’est comme ça ". Nous voulons une image globale de l’éco-quartier. Cet après-midi (lundi) nous allons discuter de la hauteur des bâtiments », explique Edouardo Souto de Moura.
Et comme promis, la population, les riverains, les agriculteurs et toutes les personnes intéressées vont être associés à la réalisation du projet. La semaine prochaine, les trois ateliers participatifs et consultatifs seront lancés. Nul doute qu’ils apporteront également leur plus-value à la ZAC Maison Neuve.
Dans le même esprit, deux autres projets vont adopter la même philosophie de construction nouvelle, économique et écologique : à Trébissin avec une structure métallique, et rue des Buissons où des matériaux de types chaume et mortier seront utilisés.
 

Auteur : YD | 24/02/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Des souvenirs même pour Alan Lejeune le plus jeune de la caserne »
Article suivant : « Le coteau de Guérande va retrouver sa vocation agricole »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter