Guerande Infos

Un tiers des familles guérandaises bénéficiaires du quotient familial

En préambule du conseil municipal qui s’est tenu ce lundi 17 octobre, Stéphanie Phan Thanh, adjointe au maire en charge des affaires sociales, a présenté la première étude réalisée depuis la mise en place du quotient familial en mai 2010. Une disposition qui n’a pas bouleversé les comptes du restaurant scolaire, du Conservatoire de musique et des ateliers culturels. Une synthèse riche d’enseignements et satisfaisante pour les élus.

Le principe du quotient familial s’établit sur les ressources des familles. Il permet de diminuer le coût des services et prestations pour les plus modestes par un mécanisme de bonus-malus qui voit les plus aisés payer plus cher. C’est ce système que la municipalité a décidé de mettre en place en mai 2010, exclusivement pour les familles guérandaises. « Il fallait également donner une meilleure lisibilité aux différents tarifs municipaux, garder une bonne qualité de service, et surtout ne pas pénaliser les tranches intermédiaires », rappelle Stéphanie Phan Thanh.  Au regard de ces premiers résultats, le public concerné se répartit en trois tiers bien équilibrés : les bénéficiaires, ceux pour qui cela n’a rien changé, et ceux qui ont vu la facture augmenter.
Les résultats les plus spectaculaires sont mesurés au restaurant scolaire. L’établissement avait enregistré 169 000 euros de recettes en 2009, et 173 000 euros en 2010-2011. Ici, le quotient familial touche 37% des familles dont 6,23% d’entre-elles paient désormais un repas à 1,70 euros au lieu de 2,70 euros. « Ce n’est pas rien dans un budget familial mensuel ! », commente la première adjointe au maire. À noter que 53% des familles s’acquittent d’un ticket inférieur à 2,70 euros, et que 43% des familles ont subi une augmentation.
La tendance est similaire au Conservatoire de musique où les recettes sont augmentation de 2% par rapport à l’exercice précédent. Ici, comme pour les ateliers culturels, le quotient familial a été pondéré de façon à limiter la baisse des tarifs à 15% et la hausse à 5%. Et ce sont 34% des personnes fréquentant le Conservatoire qui en ont bénéficié. L’étude apporte de manière concrète un élément : 64% des personnes inscrites au Conservatoire ne sont pas de Guérande. Un chiffre qui pose le problème du coût supporté par la commune. « Parallèlement à la mise en place du quotient familial, Cap Atlantique étudie la possibilité de regrouper les conservatoires de Guérande et de La Baule dans une structure intercommunale. À Guérande, les dépenses sont de 700 000 euros et les recettes de 130 000 euros, le tout supporté par le budget de la ville. C’est un écart qui pose la question des gens qui ne viennent pas de Guérande. L’intercommunalité doit relever de cette problématique car dans les faits, c’est intercommunal », explique Christophe Priou.
Dans les ateliers culturels, on compte 30% de non-Guérandais. Les effectifs sont passés de 347 à 324. 30% des inscrits ont vu les tarifs baissés.
En conclusion, Stéphanie Phan Thanh s’est félicitée de ces premiers résultats puisqu’ils ne montrent aucun problème dans les bilans et qu’ils s’appuient sur une certaine forme de justice sociale.

Auteur : YD | 18/10/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Haies bocagères : exemple, par les élèves du lycée Olivier Guichard »
Article suivant : « La SELA choisie par les élus pour aménager la Z.A.C Maison-Neuve »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter