Guerande Infos

Un Guérandais aux ateliers et chantiers de Nantes

C’est à Nantes et non à Guérande que ce Breton de cœur fait sa première exposition. Rencontre avec Jean-Luc Lerebourg, peintre abstrait lyrique.

Jean-Luc Lerebourg est né à Paris et est Guérandais depuis 1993. Expressif et chaleureux, c’est un artiste accompli : il est écrivain, graveur, typographe… Mais c’est surtout son art pictural qui retient notre attention puisqu’il fait sa première grande exposition à Nantes. C’est donc une soixantaine d’œuvres différentes qui sont visibles du 5 janvier au 10 février aux ateliers et chantiers de Nantes. Les toiles vont y être exposées un peu partout : couloirs, escaliers, hall…

De Paris à Guérande

u début des années 80, il rencontre le lithographe Jean Pons qui l’initie à son art, mais aussi « il m’a fait découvrir la peinture abstraite des années 50. Je reste fidèle à cette école de l’abstraction lyrique », explique Jean-Luc Lerebourg. Il apprend
la taille-douce avec Anne-Marie Dufour, la gravure sur bois, et finalement la typographie avec Jacques Vernière (ateliers de la Ville de Paris) et Robert Niclaus (atelier Gerbaud). Quelques années plus tard, il ouvre son propre atelier dans le Marais, l’atelier de la Cerisaie, et crée sa maison d'édition, JLL Brocéliande éditions.
Et pourtant, c’est sans regret qu’il abandonne cette vie pour venir s’installer à Guérande en 1993. « Mon rêve était de venir habiter en Bretagne près de la mer. Je suis passé d’un marais à l’autre », s’amuse le peintre. Il se tourne alors vers une activité plus pédagogique auprès des écoles, des détenus, des handicapés… Un atelier d’écriture avec l’Université de Nantes, des ateliers pédagogiques sur les traces de Gauguin à Pont-Aven …

 

Éthiopie et Bretagne, expression et abstraction

Autodidacte, sauf pour le dessin où il a été un peu aidé par des amis peintres. C’est d’ailleurs cette liberté qu’il essaie de transmettre. Difficile de faire deux ambiances, deux styles aussi différents. Pour la Bretagne, ce sont surtout des paysages où il met en avant les lumières et les couleurs de la mer avec l’aquarelle et la matière avec un travail à l’huile et au couteau. « La Bretagne, c’est mon enracinement, mon inspiration », ajoute le peintre
D’Éthiopie, il ramène des carnets pleins de croquis de scènes de rue dont il se sert pour des pastels et gras. Jean-Luc Lerebourg se dit « fasciné par ce pays depuis que j’ai adopté deux enfants éthiopiens. J’ai découvert et adopté le pays au fil de mes voyages ». Il invente aussi des portraits éthiopiens avec un mélange d’aquarelles et de collages (avec des morceaux de cuir, de tissu, de papier de soie) « Ce sont de grands visages avec des yeux immenses et un nez exagéré à la Modigliani », conclut le peintre.


http://jllsimarenn.com


Pratique :

De la matière à la lumière entre Bretagne et Éthiopie
Jusqu'au 10 février 2012
aux Ateliers et  chantier de Nantes (sur l'île de Nantes).
Ouverture du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 18h.
 

Auteur : AP | 25/01/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Deux portes ouvertes à l’atelier couture de la Fête Médiévale »
Article suivant : « Les poètes devront s’inspirer de leurs jardins d’enfances »

Vos commentaires

#1 - Le 13 septembre 2012 à 13h47 par job, Paris
j'aime beaucoup.Pourriez vous m'envoyer des photos des annees 50,par email,
pouvez vous me conseiller un live avec beaucoup d'illustrations.
Merci pour votre assistance
cordialement
Job
job2bester@gmail.com

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles des sites du réseau Media-WebSalon du chocolat
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter