Guerande Infos

Sodipa, une entreprise éco responsable.

Aujourd’hui, le magasin d’usine rouvre, un vrai car il remplace celui préfabriqué qui existait avant l’incendie. Sensible au développement durable depuis ses origines, Sodipa a décidé de créer un marché bio nocturne dans son enceinte située au lieu-dit Léniphen : les mardi et vendredi du 15 juillet au 15 août de 18 à 21h. Les producteurs bios intéressés sont bienvenus, il suffit de s’inscrire pour y participer. La société fournira les sacs spécialement fabriqués pour la circonstance en amidon de pomme de terre forcément.
Olivia Pontarollo, responsable de la communication, dans le nouveau magasin.
Olivia Pontarollo, responsable de la communication, dans le nouveau magasin.

En septembre 2005, Sodipa était victime d’un important incendie qui aurait pu lui être fatal. En effet la totalité des ateliers était réduite en cendres et avec, les prototypes et références de tous les clients. Cinq ans plus tard, avec 90 employés, la société d’emballage fournit 10 000 clients pour certains prestigieux : Le Nôtre, Fauchon mais également Charal, Herta, Sodebo ainsi que de nombreux artisans commerçants. Les dirigeants actuels estiment avoir reconquis environ les ¾ de la clientèle d’avant cet accident.

En moyenne, une innovation tous les six ans

Créée en 1947 par André Séguineau, la société d’emballage s’installe dans des salorges à Léniphen au cœur des marais salants en 1949. Au cours de ses 63 ans d’existence, l’entreprise s’est fondée sur l’innovation permanente: quinze ans avant ses concurrents elle utilise la technique du paraffinage de l’emballage alimentaire et au début des années 1980 l’impression en trois couleurs. La société progresse en se diversifiant : fabrication des sacs en papier, sacs en polyéthylène, « Sodiphane » pour l’emballage des fleurs, enveloppes spécifiques, emballages plastiques, le papier thermo soudable qui assure hygiène et conservation des produits frais. L’alimentaire est le cœur de son activité à hauteur de 70%. En plus des métiers de bouche Sodipa touche entre autres la clientèle du prêt-à-porter et des grandes et moyennes surfaces.

Le fondateur était précurseur

Dès les années 60 il a contribué à la protection de l’environnement en utilisant exclusivement des encres à l’eau permettant le contact direct avec les denrées alimentaires. Il a instauré le tri des déchets à la source à partir des années 80. Sodipa utilise l’amidon de maïs depuis 2004, l’amidon de pomme de terre depuis 2006, matériaux à la base des sacs biodégradables et peut s’enorgueillir d’une diminution des rejets de gaz à effet de serre de 80% en quatre ans.

Une nouvelle politique axée sur la communication et l’écologique.

En 2008, l’entreprise doit essuyer des dettes et fait l’objet d’un plan de sauvegarde. Le changement de direction marque un nouveau tournant avec Pascal Guibal ancien négociant en vin. Ce dernier oriente son projet de reconquête des marchés à partir d’une idée simple : «  le sac est un support de communication » d’où l’importance des trois infographistes qui ont en charge la création des impressions personnalisées. Et en valorisant leur capacité à produire éco responsable. Avec son logo « Sodipa emballages, bio par nature », la société met l’accent sur les emballages biodégradables. Le coût est certes plus élevé, 3,5 plus cher qu’un sac plastique traditionnel. La municipalité de Guérande a tenté une fois l’expérience avec son magazine d’automne 2008 mais c’est Orvault qui détient la palme d’éco citoyenneté en investissant  sur l’éco emballage. 
Une entreprise qui résiste malgré le contexte économique
 
Consciente d’être à la tête d’une entreprise historique,  la direction souligne l’importance d’un savoir-faire de 30 à 40 ans pour certains opérateurs. Ils sont cinquante sur un parc de machines de près de 30 unités. La tampographie est un travail artisanal avec une certaine pénibilité. La crise entraînant une baisse d’activité le rythme de production est passé des trois aux deux 8. Un an après la crise 2009, Olivia Pontalloro, responsable de la communication auprès de Pascal Guibal déclare  « on s’adapte, on contourne, bien sûr les augmentations de salaire ne sont pas à l’ordre du jour, pour en augmenter certains il faudrait en licencier d’autres. Nous plaçons la notion de l’humain au cœur de la problématique et de la logique de productivité. »
 
Le magasin est ouvert du lundi au vendredi de 13 à 18h  cet été et de 13 à 16h l’hiver, il s’adresse à tout public. 
Marché bio nocturne : emplacements gratuits. Sodipa fournira un sac spécialement fabriqué pour la circonstance en amidon de pomme de terre forcément. Inscriptions 06.24.42.61.67 (Sandrine Lavois) ou au 06.86.76.09.71 (Olivia Pontarollo)
Auteur : Ch.M. | 02/07/2010 | 1 commentaire
Article précédent : « Des producteurs laitiers guérandais inquiets pour leurs entreprises. »
Article suivant : « Une entreprise qui ne connaît pas la crise. »

Vos commentaires

#1 - Le 27 octobre 2010 à 17h13 par Beluet, Pornichet
Bonjour Pascal

Besoin d'un commercial au sein de votre équipe ?

Je suis dispnible avec une pêche d'enfer.

Cordialement

Beluet Benoit.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter