Guerande Infos

Sissable : 14 hectares sous l’oeil de Guérande Environnement

Mise en garde de l’association guérandaise, elle a signé fin juillet une convention de gestion avec le propriétaire des Bôles, une zone déjà protégée à la pointe de Sissable.

Le président de l’association Rémy Gautron a voulu, via une conférence de presse, alerter tout un chacun de la protection accrue de ce site. Une première convention de réserve biologique pour Guérande environnement qui poursuit ainsi son travail sur le terrain en matière environnementale.
 

Difficile cohabitation

Sissable est un lieu sensible, difficile d’y faire cohabiter les professionnels, les touristes, tout en protégeant la faune et la flore. Un nouveau chapitre dans sa défense vient d’être franchi.
On se souvient de l’été 2011 avec une action des paludiers bloquant la route d’accès. Alors, pour une protection renforcée devant les débordements sur le site, un arrêté avait été pris par la mairie, réglementant la circulation à l’abord de la zone protégée du marais salant.
http://www.guerande-infos.net/protection-renforcee-pour-le-site-de-sissable-contre-les-vehicules-motorises-23-43-490.htm.
Et Rémy Gautron de revenir sur ses actions passées, dans le cadre de Bretagne vivante « forte d’une centaine de réserves protégées », mais, il se dit aussi échaudé par des réserves mises en danger comme la héronnière de Villeneuve, « vitime d'une coupe d'arbres en pleine saison de nidification (printemps 1990) ; un arrêté de protection du biotope a été pris par le préfet à notre demande; à l’époque, on voulait en faire un golf ».
Il évoque aussi, le dossier de la Pierre percée en face de la Baule ou le destin de l’île Dumet au large de Piriac : « Aujourd’hui, il n’y a plus  rien » Relire : http://www.laturballe-infos.fr/premiere-ag-pour-dumet-environnement-patrimoine-29-56-241.html.
Alors, prudence et précaution, « nous avons signé cette convention de gestion pour améliorer davantage la protection du lieu ». Pour l’instant, il s’agit de mettre en place des actions « pédagogiques », mais qui pourraient déboucher, en cas de débordement, sur des mesures de protections plus importantes.
« On veut lutter contre une pénétration du milieu naturel, le site est déjà classé, Cap Atlantique a fait apposer des panneaux, on remarque toujours des débordements ».
 

Le marais est survolé par des drones !

La partie du marais, désormais placée sous cette convention, est une ancienne concession ostréicole vendue par l’État en 1850, son actuel propriétaire a répondu favorablement à la demande de Guérande Environnement.
L’intrusion dans le site naturel n’est pas tolérable aux yeux de l’association, parmi les problèmes constatés : « Le marais est aujourd’hui survolé par des ULM et même des drones, vous imaginez comme les oiseaux aiment être ainsi dérangés, notamment en période de nidification. C’est aussi devenu un spot pour les kite-surfeurs et les planches à voile ».
Intolérable pour le président de Guérande Environnement qui va reprendre son bâton de conservateur de réserves biologiques et qui vient de demander un renouvellement de l'assermentation comme garde particulier  de la réserve.
 

Gendarme écolo

Rémy Gautron déplore aussi les déchets trouvés (un premier ramassage a déjà eu lieu en mars), un second par des lycéens de Saint-Nazaire début octobre. Il constate également des dégradations du bâti, les digues : « Cela fait deux fois que l’on trouve des empilements de cailloux pris sur la digue, elle est fragilisée » et de s’interroger sur cette utilisation «  sans doute des photographes ou alors des braconniers ». Une plainte a été déposée.
Au-delà des mesures de prévention, l’association entend faire un inventaire du site (faune et flore) et travailler sur la problématique de plantes invasives comme l’Herbe de la pampa ou le Baccharis.
Guérande environnement souhaite donc faire le gendarme écolo sur ces 14 hectares : « Il ne s’agit pas de l’interdire ; mais de sensibiliser et prévenir. Il y a des moments difficiles, l’été bien sûr et les périodes de nidification ».
« Nous allons voir comment cela évolue, si la faune et la flore prennent de l’importance, nous envisageons de faire des demandes supplémentaires de protection ». Cette première réserve pour Guérande environnement pourrait avoir un prolongement sur d’autres lieux humides, s’ils sont menacés et présentent un intérêt.



 

Appel à témoignages

Guérande Environnement recherche des témoignages, sur l'utilisation dans un passé récent, du bâti présent sur le site (murs de pierres formant digues, équipés d'un vannage et de treuils métalliques).

Pratique :
Guérande Environnement : Les Maisons Brûlées – Route des Paludiers  44350 Guérande

02 40 24 75 64
Courriel : gautron.fpresquile@yahoo.fr

Auteur : JRC | 10/10/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Guérande environnement en assemblées générales »
Article suivant : « Guérande environnement au rapport »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter