Guerande Infos

Sinsemilia aux Terres blanches

Le collectif stéphanois formé en 1991 est surtout connu pour son titre « Tout le bonheur du monde ». Rencontre, quelques heures avant leur concert guérandais avec Mike, chanteur et parolier du groupe.

Terres Blanches

Le groupe Sinsemilia se produit pour la première fois en public en 1991, des souvenirs de ce moment ?
« Oui, une fête de la musique sur un trottoir de Grenoble devant un sex-shop, le 21 juin 91, le premier morceau que l’on joue est une reprise et il y a un spectateur… Après, cela se passe plutôt pas mal ».

Sinsé, pour les intimes, est avant tout un collectif, il y a eu du changement en 20 ans dans l’effectif ?
« Très peu, en fait, sur l’ossature du groupe, sur les 10 personnes à la base, 7 sont encore là 20 ans depuis le début de l’aventure. C’est de cela que nous sommes le plus fiers, la longévité humaine de toute cette histoire ».

Travailler en collectif n’est pas un peu compliqué sur le choix des chansons, des paroles et des musiques ?
« Pas vraiment, on se connaît tellement par cœur, on est sur la même longueur d’ondes ; moi qui écris, je sais que je ne leur présenterais pas un texte pour un tel ou un tel. à l’inverse, un autre va faire l’unanimité tout de suite. Ce n’est pas plus compliqué que pour un groupe de trois  ou quatre personnes où les ego prennent plus de place ».

En 20 ans de carrière, seulement six albums, le dernier remonte à 2009 (En quête de sens), c’est beaucoup, pas beaucoup ?
« Ce n’est ni l’un, ni l’autre. Les premières années, de 91 au premier album (95), on apprend à jouer. Après, nous avons fait énormément de concerts, puis deux ans de tournée avant la sortie du second (Résistance) avec encore deux ans de tournées à suivre. L’album live sort en 2001, on est encore sur les routes, puis arrive Tout le bonheur du monde .
La tournée engendrée par ce hit va durer trois ans entrecoupés par des pauses où les membres du groupe réalisent des projets solos.


Ce titre Tout le bonheur du monde ne vous colle-t-il pas trop à la peau, comme Tri Yann qui se sent obligé de jouer la jument de Michau à chaque concert ?
« On n’a pas de problème avec ça et puis ce n’est pas spécialement ce morceau que le public attend le plus. Les gens tireraient plus la gueule si on ne jouait pas Douanier ou Mauvaise réputation. Tout le bonheur est un morceau que l’on aime beaucoup, qui est particulier dans l’histoire de Sinsé et par sa couleur musicale ».

Puisque vous parlez de  La mauvaise réputation de Brassens, pourquoi le choix de cette reprise ?

« Quand j’étais gamin, mes parents m’ont fait grandir avec Brassens en " bande-son". Après, ce sont les années où l’on squatte tous le même appart, on est ensemble tous les jours et Riké (chanteur et compositeur du groupe, ndlr) commence à jouer Brassens à la guitare, dont Mauvaise réputation.
Cela devient comme une évidence, le texte nous allait vraiment bien, on a travaillé autour. Et puis, à l’époque, même si on était un groupe passionné de reggae, il ne fallait pas se leurrer, entre une reprise de Brassens et de Marley, on savait qui on était et d’où on venait, il fallait juste ne pas massacrer le morceau d’un mec pareil ».


On connaît vos engagements politiques dans vos textes, comment percevez-vous l’arrivée de la gauche au pouvoir ?
« Cela me fait tellement du bien d’être débarrassé de Sarkozy ! J’ose espérer que ce gouvernement me fera moins honte que le précédent.


Sur les concerts, est-ce qu’on est vraiment réceptif aux paroles ?

« Sur les concerts, on vient pour faire la fête, c’est ce qui doit prédominer. Faire la fête, sans raconter des conneries, c’est ce qu’on essaye de faire depuis des années. La musique, l’ambiance prend le pas sur le reste. C’est sans doute sur album que les textes prennent leurs places et leurs sens ».

Des choses en préparation ?
« Un album live sort en octobre, il a été enregistré sur la tournée des 20 ans. Riké sort son premier album solo début janvier et je suis en phase d’écriture ; donc de nouveaux morceaux de Sinsé devraient sortir ».

Auteur : JRC | 27/07/2012 | 0 commentaire
Article précédent : « Chaude soirée à Guérande pour les Terres blanches »
Article suivant : « Théâtre à Athanor : Personne ne voit la vidéo »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Salon du chocolatAudiences annuelles des sites du réseau Media-Web
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter