Guerande Infos

Samajhina , un premier album prometteur pour Stevan Vincendeau

Musicien professionnel âgé de 21 ans, déjà très renommé sur la scène bretonne, originaire de Guérande et vivant désormais à Dinan, Stevan Vincendeau vit une période intense et forte en émotions. Le 5 novembre, le jeune accordéoniste sortira son « premier bébé », un album intitulé « Samajhima » en duo avec le violoniste, Thomas Felder. 11 titres de world-music aux influences breizh qui sonnent comme une première consécration pour ces deux complices.

« Nul n’est prophète en son pays », dit-on. Et c’est donc avec envie et enthousiasme que Stevan Vincendeau espère bien voir le duo qu’il forme avec Thomas Felder au programme de la prochaine saison d’Athanor. « Ce serait quand même bien pour un musicien guérandais de se produire dans sa ville. Ce serait dommage de rater ça, mais j’ai confiance en notre agent pour arranger quelque chose », sourit-il. Car ce jeune prodige de l’accordéon diatonique, instrument sur lequel il a posé ses doigts à l’âge de six ans, primé à de multiples reprises dans des concours, n’est pas un inconnu sur ses terres. Loin de là ! Son père, Éric, est un pilier du Cercle Bro Gwenrann et du Festival des Celtiques. Comme Obélix, Stévan est tombé dans la marmite sur feu de breizh tout petit. Il s’est d’ailleurs produit lors de la dernière édition du festival avec le bagad de Saint-Malo le samedi soir, et le Arnaud Royer Quintet le dimanche.
Des années que Stevan écume les fest-noz et les scènes du Grand-Ouest. Et cela fait sept ans que cet ancien prof de musique et Thomas Felder ont décidé de former un couple musical. « Il y a entre nous beaucoup de complicité, d’amitié et de travail », ajoute Stevan Vincendeau. Sept ans, l’âge de raison et de maturité pour concrétiser ce mariage de l’accordéon diatonique et du violon. Mais attention, avec « Samajhina », on s’éloigne assez nettement de l’atmosphère « galette-saucisse » et de la gavotte des montagnes, du CD bricolé à la maison et des pochettes photocopiées. De la création à la réalisation, en passant par la photo, tout est pro et propre. En témoignent, les six jours d’enregistrements à Malestroit et la masterisation à Paris. Le tout sous la direction artistique d’Erwan Hamon, flûtiste et joueur de bombarde très réputé et invité sur trois pistes du CD. « Samajhina » est produit par Yann Pelliet sous le label Paker Prod et distribué par Coop Breizh. Que du lourd et un gage de sérieux et de qualité !

Une question d’équilibre…

Sur ce premier album, le duo Vincendeau/Felder propose 90 % de compositions originales et d’arrangements « à leur sauce ». « C’est un voyage à travers la world-music avec des bases de musiques traditionnelles et bretonnes. Il était temps de mettre en boîte ce que l’on faisait sur scène et nous avons eu de la chance de trouver une bonne maison de production. C’est vraiment super ! Cela fait deux ans que nous jouons ces morceaux. On joue beaucoup dans les fest-noz, mais là, ce n’est pas le même répertoire. Maintenant, on va pouvoir se produire en concert et faire vivre notre album », explique Stevan. C’est un voyage musical certes, mais aussi des « bouts de vie et des anecdotes autobiographiques » qui rythment « Samajhina ». « Chaque composition raconte un évènement de notre vie ou quelque chose qui nous a marqués. Il y a un hommage à ma grand-mère, un titre dédié à la petite fille qui vit avec moi, un morceau que j’ai écrit, très vexé, après avoir pris une taule lors d’un concours », indique-t-il.
Un ensemble de moments et d’émotions qui donne un album très éclectique où l’on passe du mélancolique au festif, des morceaux lents aux musiques rapides, sans que jamais l’accordéon et le violon ne se battent pour prendre l’ascendant l’un sur l’autre. « Les deux instruments sont très équilibrés. À l’accordéon, je maîtrise la mélodie avec la main droite, l’accompagnement avec la main gauche. Thomas utilise une technique suédoise avec son violon », illustre Stevan. Les influences sont multiples, de la musique bretonne au classique en passant par le rap ! Stevan Vincendeau a de belles références : Jacky Molard, Éric Marchand, Gouerzh, Jannick Martin.

En attendant une date à Guérande, le duo doit désormais « vendre le spectacle et le CD ». Il se produira à Monterfil le 30 octobre, au Roc Saint-André le 31, à Rennes le 19 novembre, à La taverne du Roi Morvant à Lorient le 25, à Tours le 10 décembre, à Bouguenais au nouveau pavillon le 13 janvier pour célébrer en grande pompe la sortie du CD. « Cet album, c’est une très belle carte de visite pour la suite de notre carrière », conclut-il.
À noter que l’on peut voir ou revoir le reportage diffusé dans l’émission Bali Breizh sur France 3 Bretagne le dimanche 8 octobre, et consacré en partie au duo Vincendeau/Felder, sur le site internet de la chaîne.

Auteur : YD | 13/10/2011 | 1 commentaire
Article précédent : « Soirée soft au Garden : sans alcool, la fête est plus folle ! »
Article suivant : « Acordéàki attendu mardi soir à Athanor »

Vos commentaires

#1 - Le 18 octobre 2011 à 10h23 par keruzec, Quilly
et oui une star dans la famille .bravo mon neveu tu iras loin et surtout tu fais ce que tu aime depuis longtemps .on es tous fiere de toi .milles bisous et milles bravo .ta tante

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter