Guerande Infos

Planter des haies urbaines pour favoriser la biodiversité

Avec le concours du CPIE et de la ville de Guérande, les élèves en formation « Travaux paysagers » du LEP Olivier Guichard achèvent cette semaine un cycle d’apprentissage sur les haies bocagères et urbaines. À Kerbiniou, ils ont planté une haie aux essences variées de 40 mètres qui sera bien utile pour contrebalancer les plantations mono-spécifiques des jardins environnants. Dans quelques années, animaux et insectes trouveront là refuge, repère et garde-manger.

Après s’être essayés aux plantations de haies bocagères dans l’enceinte de leur lycée, les élèves de la promotion BEP « Travaux paysagers » ont fait étalage de tout leur savoir-faire sur le site de Kerbiniou. Un lieu qui accueille déjà des moutons noirs d’Ouessant et quelques ruches, protégé de la salle des sports par une vaste haie naturelle. Néanmoins, dans sa partie haute, le terrain est bordé par des haies de jardins aux espèces peu variées et surtout pas tellement couleur locale. L’objectif est donc de cacher ces plantations par des haies dites « urbaines » qui redonneront un aspect naturel au site. En amont, avec leur professeur, Céline Guillemot, les lycéens ont étudié la nature du terrain, la composition de la haie avec noisetiers, troènes, arbusiers, acers, fusains, cornouillers, et chênes, et les techniques de plantations. Ce mardi, ils ont plongé les mains dans la terre. Il était temps : « On peut planter des haies depuis l’automne. Là, ça devient juste pour certaines espèces. Mais on était pris par les impératifs de formation et les élèves devaient planter cette haie pour valider leur programme », précise Ludovic Le Goff du service espace-verts de la commune.
Présents également pour encadrer les jeunes dans cette démarche, Olivier Vanucchi et Marie-Annick Durand. Le premier travaille pour le CPIE, qui dans le cadre d’une vaste action nationale en faveur du repeuplement arboricole, a fourni quelque 620 plants à la ville de Guérande sur un total de 5 000 pour le territoire de Cap Atlantique, et 5 000 autres distribués aux particuliers. « Notre but est de relancer la plantation de haies sur Cap Atlantique. Celles-ci ont un rôle à jouer dans le Schéma de Cohésion Territoriale et dans les Plans Locaux d’Urbanisme. Enfin, ce qui rime avec « coulée verte », rime aussi avec cheminement doux et espaces naturels. L’arbre ne vit pas qu’en forêt », explique le technicien. Cette opération est menée en partenariat avec l’AFAHC (Association Française pour l’Arbre et les Haies Champêtres) et la Fondation Yves Rocher. L’élue guérandaise intervient au titre de subdéléguée à l’environnement au sein de l’intercommunalité.

Abeilles et chauves-souris

400 à 500 mètres de haies seront plantés sur la commune en 2012, autant qu’en 2011. Un programme qui tient particulièrement à cœur des élus pour le maintien et le développement de la biodiversité. Car les haies, même si elles apparaissent parfois anarchiques ou abandonnées, car dans la plupart des cas elles ne nécessitent aucun entretien, sont très utiles. Oiseaux et insectes y trouvent refuge et nourriture, on pense notamment aux abeilles. C’est le cas aussi des petits mammifères et rongeurs qui participent à la chaîne alimentaire. Plus surprenant, les haies sont des points de repères pour les chauves-souris, car entre leur lieu de nidification et leur terrain de chasse, ces animaux ont besoin des haies pour s’orienter.
La chaîne des haies bocagères et urbaines s’étend également sur d’autres domaines. Ainsi, pour le paillage, le service espaces-verts de la ville utilise le broyage des végétaux coupés lors de l’entretien des bords de voiries ou des jardins. À l’avenir, les haies pourraient aussi fournir du bois dont la collectivité devrait faire bon usage. Quant aux élèves du lycée professionnel Olivier Guichard, ils vont désormais prolonger leur travail continu sur la biodiversité avec la réalisation de nichoirs et de ruches. Tous espèrent que leur exemple sera suivi par les habitants, avec un mot d’ordre : « Savez-vous planter des haies, à la mode de chez nous ? »

 

Auteur : YD | 07/03/2012 | 1 commentaire
Article précédent : « Le sel de Guérande protégé par l'UE »
Article suivant : « Des souvenirs même pour Alan Lejeune le plus jeune de la caserne »

Vos commentaires

#1 - Le 10 mars 2012 à 01h01 par multivores, Paris
En voilà une bonne initiative!
http://www.insectescomestibles.com

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter