Guerande Infos

Nos amies les chauves-souris

Les demoiselles de la nuit ont inspiré les gargouilles et Batman. Focus sur ces petits animaux complètement nécessaires à notre écosystème et, la plupart du temps, inoffensifs.

Qu’est-ce qui est petit, noir et qui vole à la nuit tombante dans les remparts de Guérande ? Les chauves-souris. Ces petits mammifères méconnus et malaimés ont droit à une nuit spéciale à Guérande, cette année le 24 août. Première chose à savoir sur elles : ce sont les seuls mammifères volants. Pour y parvenir, elles battent des ailes ; ou plutôt des mains. Leur pouce, minuscule est pourvu d’une griffe et leurs autres doigts sont de plus en plus grands jusqu’à l’auriculaire. « Les chauves-souris ont 60 millions d’années, elles sont donc plus anciennes que les hommes. Leur nom vient du mot gaulois chouette-souris, qui s’est transformé avec le temps », commence Olivier Vannucci, chargé de mission biodiversité au CPIE Loire Océane.
Il existe deux grandes familles de chauves-souris : les microchiroptères (faisant au maximum 20 à 40 cm d'envergure) et les megachiroptères (faisant jusqu’à 1 m 70). Les chauves-souris ne sont pas aveugles, mais la nuit elles utilisent leurs oreilles pour voir puisqu’elles y réceptionnent les ultrasons leur permettant de se repérer. Si la longévité est assez variable, elle est d’une trentaine d’années. En général, les femelles ont un petit par an et, plus rarement, des jumeaux. à titre d’exemple, une pipistrelle mange 60 000 moustiques par été. « La nuit, elles remplacent les hirondelles dans leur chasse aux nuisibles », ajoute Olivier Vannucci.

La vie des chauves-souris

Comment savoir si une chauve-souris loge à proximité ? Quand on retrouve ses déjections (elles ont la forme de crottes de souris mais s’effritent facilement) et des restes de repas (eh oui, comme nous, elles trient leur nourriture et dans le papillon, elles mangent le corps mais pas les ailes).

Quels sont leurs habitats favoris ? Les souterrains, les ponts, les tunnels, les mines, les carrières, les grottes, les châteaux, les greniers, les combles et, pour certaines espères, les zones forestières (entre autres dans les trous creusés par les pics verts).

Quel est leur cycle de vie ?
À la mi-novembre, elles commencent à hiberner dans des lieux humides (pour éviter que leur peau ne se dessèche). À la mi-mars, elles se réveillent et recommencent à chasser. Fin mai, début juin, c’est le moment des naissances des petits (les femelles accouchent à l’envers et doivent réceptionner leur petit avant qu’il ne tombe). Dès la mi-août, c’est leur saison des amours. « C’est le moment des accouplements. La femelle garde la semence du mâle pendant toute l’hibernation et n’est fécondée qu’à son réveil. C’est pourquoi il faut éviter de réveiller les chauves-souris l’hiver car ça lance le processus et entraîne la mort du petit », explique Olivier Vannucci.

Quels sont ses prédateurs ? Le faucon hobereau, la chouette effraie et le chat domestique.

Les chauves-souris en France
Il existe un peu moins de 1 000 espèces de chauves-souris de par le monde dont 34 peuvent être observées en France*.

Qu’est-ce qui les menacent ? Les pesticides qui s’attaquent à la base de leur alimentation, la disparition des haies, la circulation routière et les éoliennes (la pression des palmes provoque des hémorragies internes aux chauves-souris et aux oiseaux).

Qu’est-ce qui est fait pour les protéger ?
Certaines grottes particulièrement prisées par les chauves-souris sont fermées par des grilles spéciales pour empêcher les gens de venir. Il est aussi possible de construire des gîtes à chauve-souris (comme des cabanes à oiseaux) qui seront ensuite installés de préférence au Sud.

Quel est le bon comportement à avoir ? Ne pas toucher les chauves-souris à main nue (comme pour tous les animaux inconnus), ne pas faire de feux dans une cavité avec des chauves-souris, ne pas les réveiller en hiver et prendre contact avec une association locale (comme le CPIE ou Bretagne Vivante).


*Les rhinolophes : elles habitent surtout dans les bocages. Leur spécificité est de lancer les ultrasons par le nez. C’est une espèce menacée.
Les petits rhinolophes : elles hibernent dans les terriers de renards.
Les pipistrelles communes : elles se logent derrière les volets ou encore dans les fissures.
Les sérotines.
Les grands murins : elles logent beaucoup dans les combles des églises. Leur spécificité est de chasser au sol après avoir repéré leur proie.
Les oreillards : elles ont de grandes oreilles et préfèrent les chenilles.
Les noctules : elles préfèrent les gros insectes et chassent avec les martinets.
Les murins de Bechstein : elles vivent dans les vieilles forêts.
Les barbastlles : elles ont l’œil dans l’oreille.
Les murins de Natterer : leur spécialité est de chasser les araignées directement dans leurs toiles.
Les murins à moustaches : elles vivent plus dans les caves.
Les murins de Daubenton : elles chassent sur les plans d’eau.
 

Auteur : AP | 27/08/2012 | 2 commentaires
Article précédent : « Athanor, saison culturelle 2012/2013 »
Article suivant : « Rendez-vous avec les chauves-souris »

Vos commentaires

#1 - Le 29 août 2012 à 10h37 par Nelson, Saint Nazaire
Bel article. Mais les éoliennes même marine ont des pales et non des palmes !
#2 - Le 29 août 2012 à 17h16 par Alain
Ne pas toucher les chauves souris, surtout si elles paraissent abattues ou ont un comportement bizarre.
Il existe chez la chauve-souris un virus de la rage particulier, qui peut être transmissible à l'homme et est toujours mortel. C'est très très rare mais un mort tous les 2 ou 3 ans c'est trop.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audience des sites du réseau Média-Web mars 2017
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter