Guerande Infos

Nadia Poilane fait le pari audacieux du commerce créatif et participatif

Nadia Poilane est une jeune maman qui a décidé d’entreprendre. Cet ex-commerciale s’est installée Faubourg Saint-Anne pour ouvrir « Le comptoir des Lutins », un magasin atypique qui se transforme en lieu de vie, d’échanges, de créations et de convivialité pour les familles. Un pari osé puisque seuls cinq commerces de ce type existent en France et les autres sont situés en zones urbaines.

Le commerce évolue et Nadia Poilane fait un peu partie de ces précurseurs qui relèvent le challenge de la nouveauté et qui osent proposer une offre différente. Pour se faire, la jeune femme n’a pas quitté le pays qui l’a vu naître, elle n’a pas migré vers les villes tendances. Elle croit en Guérande, en son développement économique et social, qui devrait être profitable autant à elle qu’à la commune « Les études de marché à Guérande sont bonnes. C’est la commune la plus dynamique et la plus jeune de la région », indique-t-elle. Et il lui en faudra de la jeunesse, car son activité s’adresse à la petite enfance, aux mamans, et éventuellement aux papas.
« Le Comptoir des Lutins » s’articule autour de trois pôles. On trouve tout d’abord, un espace boutique classique avec vêtements, décorations, jouets et autres petits trésors pour enfants de 0 à 4 ans. Mais passé, les rayons joliment agencés, le magasin dévoile un espace Salon de Thé. « Ici, les mamans peuvent se poser avec les enfants. Elles ont tout ce qui faut sous la main, comme des transats, des tables à langer, des jeux. C’est un lieu de détente et de partage où les mamans peuvent parler entre elles », explique Nadia Poilane. Et ce n’est pas tout : une pièce plus intime peut permettre aux mamans d’allaiter leurs bébés. Troisième activité l’espace atelier destiné aux familles, femmes enceintes et enfants jusqu’à 7 ans. Lectures, contes, éveil musical, éveil linguistique, yoga, loisirs créatifs, atelier allaitement, et même confection de doudou, les mamans ont un large choix dans le programme concocté par Nadia. Ce sont des intervenants et des professionnels qui viennent à chaque fois pour animer ces différents ateliers. Les débuts sont encourageants, mais Nadia Poilane doit dépenser beaucoup d’énergie pour se faire connaître et expliquer le concept de sa boutique. Elle dépose notamment le programme de ses ateliers chez les professionnels de santé, les hôpitaux, les PMI. La jeune maman compte beaucoup sur le bouche à oreille : « Cela prend du temps, il faut que ce soit mieux connu. Les mamans qui participent une première fois, reviennent la plupart du temps ».
Nadia Poilane est optimiste et croit dur comme fer à son concept : « L’idée m’est venue quand j’ai eu mon petit garçon. Je voulais quelque chose qui sorte de l’ordinaire. Je me suis aperçue qu’il n’y avait pas d’endroit pour rencontrer d’autres mamans et sortir avec mon bébé. Je voulais être à l’aise dans un endroit pour allaiter, changer mon bébé, et faire des activités sans aller trop loin ». L’idée a mûri et elle a travaillé sur son projet pendant un an et demi. A l’époque, il n’existait que deux commerces de ce type en France, un à Rennes et un à Paris. Lorsqu’on lui demande si elle n’a pas eu peur d’importer le concept en milieu rural la jeune femme  sourit : « Si, un petit peu. Mais il n’y a pas besoin d’habiter à Paris pour avoir des enfants ».
La concrétisation du projet ne fut pas facile non plus, notamment lorsqu’il a fallu négocier avec les banques. « J’ai eu beaucoup de refus, ce n’était pas facile à présenter et j’ai eu du mal à convaincre les banquiers. Mais finalement, je suis tombée sur quelqu’un à la Société Générale qui m’a bien compris et qui a cru en moi », explique-t-elle. Nadia Poilane a également rencontré la bonne personne à la Chambre de Commerce et de l’Industrie : « Elle m’a beaucoup poussé ». Elle conclut : « Mais il ne faut compter que sur soi-même. Il faut beaucoup de motivation et de persévérance. Je suis confiante mais quand même un peu craintive. C’est un vrai challenge ! L’idée plait bien, mais elle peut être très bonne et ne pas marcher pour autant ».
Pour tout renseignement : 02 28 55 94 08 et www.comptoirdeslutins.fr

Auteur : YD | 06/05/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Atelier Oscar présente sa première collection de sportwear chic pour l’homme et la femme de 20 à 40 ans. »
Article suivant : « Des producteurs laitiers guérandais inquiets pour leurs entreprises. »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter