Guerande Infos

Le traité de concession de la ZAC Maison Neuve signé avec la SELA

La séance du conseil municipal qui s’est tenue lundi soir était presque entièrement consacrée à l’approbation du traité de concession relatif à la Zone d’Aménagement Concertée de Maison Neuve. Conduite par Jean-Michel Bourges, son directeur, et Gérard Bison, chargé de piloter le projet, c’est toute l’équipe de la Société d’Équipement de Loire-Atlantique qui pendant plus de deux heures a présenté son approche du futur éco-quartier, sa méthodologie et ses engagements d’aménageur. Une première pierre « administrative » pour Maison Neuve.
 Gérard Bison, chargé de piloter le projet.
Gérard Bison, chargé de piloter le projet.

La SELA est une Société d’économie mixte dont l’actionnaire majoritaire est le Conseil Général de Loire-Atlantique (52%), et dont le président n’est autre que Philippe Grosvalet. Le reste des parts appartient à des investisseurs privés. Recalée dans un premier temps, puis retenue parce qu’elle avait le mieux saisi la notion d’éco-quartier par rapport à ses concurrents, la SELA ne tarit pas d’éloges sur le projet guérandais. « Nous avons été séduits par votre projet et par vos objectifs », indique Gérard Bison, alors que son directeur, Jean-Michel Bourges, met la barre très haut: « C’est la plus belle opération que la SELA puisse faire ! » .
Pourtant, la partie s’annonçait difficile pour la SELA. Christophe Priou, le député-maire, n’a pas manqué de rappeler que sur d’autres dossiers confiés à l’aménageur sur le territoire communal, les discussions sont nettement plus âpres. « Le vécu historique n’était pas forcément un avantage pour la SELA. On peut donc se féliciter de l’objectivité dont a fait preuve l’ensemble des élus dans ce choix », indique-t-il. Aussi, la commune avait posé la stricte condition que l’aménageur assume exclusivement le risque financier, rétrocède les équipements publics à la collectivité, et que les démarches soient participatives tout au long de la réalisation du projet (8 ans). La SELA fait encore un effort supplémentaire, s’engageant à partager les bénéfices à parts égales avec la commune, s’il y en a. Pour rappel, le futur éco-quartier de Maison Neuve, c’est 650 logements, des équipements socioculturels et sportifs, un groupe scolaire, des commerces, le tout pensé par l’architecte de renommée mondiale, Eduardo Souto de Moura. Un programme évalué à 100 millions € dont 10 millions pour les espaces publics et 90 millions pour la construction des logements et des équipements. Plus d’informations http://www.guerande-infos.net/la-sela-choisie-par-les-elus-pour-amenager-la-zac-maison-neuve-23-43-510.html

Pas de plans, des orientations

Un à un, les différents intervenants de la SELA ont pris la parole devant des élus très attentifs pour expliquer leur fonction et leur vision du projet. D’abord, un rappel de la notion d’éco-quartier : un dialogue entre espace urbain et agricole, un art de vivre ville-campagne, des formes urbaines avec compacité, une mixité sociale et intergénérationnelle. « On ne va pas vous présenter des plans ce soir, mais des orientations fortes qui seront affinées dans le temps avec votre accord. Nous partons d’un principe de respect et de politesse par rapport à ce qui existe déjà : ce sont les éléments fondateurs », explique Christian Charignon, architecte urbaniste de l’agence Tekhne, une entreprise partenaire du projet présente au conseil municipal, avec l’agence Désormeaux et l’agence SCE pour l’écologue François Gérin.
Schémas à l’appui, la SELA a exposé quelques principes de base : une place centrale, une salle sportive qui qualifiera à l’avenir l’entrée de la ville de Guérande, des terrains de sports éloignés des logements avec les jardins familiaux, une diversité des formes d’habitations (limitées en hauteur), un stationnement mutualisé.
Les responsables insistent sur la notion d’un véritable partenariat avec la ville pour lancer les études techniques, travailler à la programmation urbaine, garantir l’économie du projet urbain, lancer les travaux par phases opérationnelles. Ce sera également le cas pour une partie toujours très épineuse de ce genre de dossier : les acquisitions foncières. Une première rencontre a déjà eu lieu avec la quinzaine de propriétaires concernés. La SELA s’engage à acquérir uniquement le foncier nécessaire à l’opération et à permettre la continuité de l’usage jusqu’à l’indemnisation. « Nous devons être à leur écoute et nous donner une confiance mutuelle dans la transparence », indiquent-ils. L’objectif est de recueillir le maximum d’accords amiables afin de ne pas faire appel à des procédures d’expropriation.
La démarche participative sur l’ensemble des acteurs guérandais s’inscrit dans la création de trois clubs. Le club « Vie locale » pour co-construire le quartier avec les élus, les techniciens, les associations, les riverains et les Guérandais désireux de construire la ville de demain. Le club « Entreprises » avec notamment pour but d’apporter une qualité de performance énergétique, confort et santé aux futurs habitants. Le club « Recherches et développement » avec une partie technique pour trouver des voies alternatives, et une partie sociologie pour trouver comment améliorer le lien social.

Les prochaines étapes :

Fin 2011/début 2012 : reprise de contact avec les propriétaires et exploitants du site, relance des études techniques sur le terrain.
1er semestre 2012 : mise en place des premiers ateliers et clubs participatifs, programmation urbaine phasée.
Été 2012 : esquisse globale actualisée et phasage de la réalisation, organisation des espaces publics, définition des objectifs de développement durable.

L’opposition séduite mais vigilante

Le traité soumis au vote des élus est très complet et a été détaillé par Bruno Schmidt, mais comme l’a rappelé Christophe Priou, il fera l’objet d’avenants dès lors qu’une décision sera prise par le conseil municipal. Il acte : le risque financier pris en charge par l’aménageur, la mise en place des structures de pilotage, les missions de l’aménageur, les missions de la ville, les modalités d’acquisitions et de libération des domaines, la présentation des avant-projets et projets d’exécution des ouvrages, l’exécution des travaux, les modalités de cession des terrains équipés, le financement de l’opération, les effets et les durées.
Avec franchise et enthousiasme, Danielle Estay a bien résumé l’état d’esprit de l’opposition socialiste et écologiste. « C’est un grand et beau projet, assez stimulant pour nous et pour Guérande », lance-t-elle. Néanmoins, comme son collègue Frédéric Miché, elle émet quelques réserves : « Je regrette que le préambule, qui définit beaucoup de choses, ne soit pas partie intégrante du traité de concession et n’engage pas les parties signataires. Nous serons très vigilants à ce que ces engagements soient tenus, vous pouvez compter là-dessus ! »
L’opposition s’inquiète en effet du fait que la démarche participative semble moins affirmée dans le traité et note que sa place n’est pas clairement définie dans les processus de concertations et de décisions. Enfin, elle insiste pour que le futur éco-quartier soit accessible aux plus modestes, qu’il soit ouvert à des initiatives citoyenne et expérimentations en terme de développement durable, et que Maison Neuve ne crée pas de déséquilibre par rapport au reste de Guérande et dans la volonté politique de développer l’ensemble de la ville avec la même philosophie.


 

Auteur : YD | 15/11/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « La 3e tranche du FISAC pour redynamiser le commerce de proximité »
Article suivant : « La Mission locale, un précieux outil multiservices pour les jeunes »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter