Guerande Infos

Le mystère de Saint-Aubin plane sur la prochaine Fête médiévale

Affluence record à la mairie, ce lundi soir, pour la première réunion publique consacrée à la présentation de l’édition 2012 de la Fête médiévale. Une occasion pour Hubert Soly et le comité directeur de proposer à l’ensemble des groupes quelques pistes de travail. Sans cesse renouvelé, cet événement incontournable et labellisé aura pour thème les légendes du Pays guérandais, avec en toile de fond le miracle de Saint-Aubin face à l’attaque des Vikings en 919. Les 12 et 13 mai, Guérande se parera de blanc.

Témoignage de l’importance que revêt la Fête médiévale aux yeux de tous les Guérandais, Christophe Priou, le député-maire, a tenu à accueillir en personne le public composé en très grande partie de bénévoles impliqués depuis longtemps dans l’organisation et le déroulement de l’événement. Fête conviviale et culturelle, la Fête médiévale, c’est aussi une culture qui s’entretient et se transmet. Christophe Priou s’est réjoui de les voir si nombreux, une bonne cinquantaine, un record pour une première rencontre.
Comme c’est le cas dans d’autres villes médiévales en Europe qui organisent ce genre de remontées dans le temps, Guérande pourrait se contenter de garder un même thème et l’étoffer un peu plus chaque année. Un concept auquel ne croit pas Hubert Soly : « Je sais que changer de thème à chaque édition, c’est beaucoup de travail. Tout est à refaire et à imaginer. Mais si nous ne le faisions pas, les gens se lasseraient. Nous évoluons également en qualité en portant nos efforts sur le visuel et la musique. On ne laisse pas tomber le texte, mais il nous faut une bande son plus valorisante. On essaie de devenir un peu plus pro à chaque fois. Nous allons également tout faire pour mieux organiser le grand défilé du dimanche car c’est un reproche qui revient souvent dans les enquêtes d’opinions et les retours du public ».

Des korrigans à Gargantua

 Le mystère de Saint-Aubin, miracles et légendes de Guérande, 919 – 1419 , tel est l’intitulé de cette édition 2012. Tout sera donc mis en valeur autour de celui qui en 919, alors que les Vikings sont aux portes de la cité, apparut et renvoya les drakkars vers le large. Et puisqu’Aubin signifie « blanc », la ville en sera drapée. « Il y aura une soirée blanche pleine de mystères et de surprises, le samedi.  La ville sera en blanc, mais le blanc rehausse également les couleurs. Ce ne sera pas fantomatique, mais fantastique », indique Marie-Annick Durand, autre élue en fonction au sein du comité directeur. Elle illustre : « Pour la veillée blanche, on souhaite fermer la ville et faire passer le public de l’autre côté du miroir. La cité doit devenir un site magique et mystérieux pour rentrer dans la dimension fantastique ». Mais attention, ce n’est pas en 919 que les Guérandais et les milliers de visiteurs attendus vont replonger l’espace d’un week-end, les 12 et 13 mai. Ils se retrouveront dans le Guérande de 1419 pour fêter le 500e anniversaire du miracle de Saint-Aubin.
C’est le point de départ de la prochaine Fête Médiévale. Reste à l’étoffer. Et dans un Pays guérandais, partie intégrante d’une Bretagne aux milles légendes, les histoires mystiques et fantastiques ne manquent pas. Josick Lancien, président des Amis de Guérande, s’est déjà mis en quête de héros locaux et a livré aux groupes quelques bonnes pistes pour les tableaux et scénettes. « On ne fait que commencer à travailler. Les légendes de Bretagne sont souvent assez tristes, aussi on va essayer de trouver des histoires plus joyeuses et festives », ajoute-t-il.
Parmi les trouvailles, il y a la légende du Moulin du Diable, les histoires de Korrigans, Merlin l’enchanteur et les chevaliers de la Table ronde, la Fée Viviane, Mélusine (qui vient de la Loire). Mais le personnage le plus important, et le plus imposant, correspondant à la période, c’est Gargantua. Le géant, imaginé par Rabelais à la fin du XVe siècle a parcouru toute la contrée avec ses grandes bottes.
Laurent Blanchard, du service patrimoine, a projeté quelques diapositives d’époque pour illustrer le thème du mystère. Les troupes amatrices et professionnelles conviées pour animer la Fête médiévale seront également en rapport avec le thème. Si c’est techniquement possible, des drakkars devraient même être ancrés dans les douves.
Avant que ne soit dévoilée la trame du programme, sur lequel plane encore une bonne dose de mystère, Luc Portet s’est félicité : « Notre plaisir à nous, c’est de faire une fête pour les Guérandais. La préparation et les répétitions de la fête, c’est déjà un plaisir. Le fait de vous voir plus nombreux, ça permet d’augurer une très belle édition 2012 ». À noter que l’atelier couture, où les machines tournent déjà à plein régime, a déménagé. Auparavant situé Place Saint-Jean, il est désormais à l’ancien atelier DDE, rue des sports. Il abrite également l’atelier de fabrication des accessoires, avec plus de place pour les bricoleurs.
En préambule, le samedi 3 mai à 18 h 00, à l’amphithéâtre du Lycée Galilée, les Amis de Guérande organisent une conférence sur le thème : « La Bretagne et les invasions vikings ».
Les organisateurs entendent apporter quelques nouveautés. Par exemple, le début et la fin des festivités seront marqués par un signal (pourquoi pas les cloches de la Collégiale ? ). Outre la soirée blanche du samedi soir, la messe du dimanche matin sera consacrée à Saint-Aubin, « mais il n’y aura pas de côté trop solennel pour ne pas insister sur le miracle religieux », rassure Hubert Soly. Le grand défilé aura bien lieu à 11 h 00 et devrait changer dans sa forme pour lui donner un aspect plus cohérent. Enfin, à 18 h 00, un défilé des Saints des Villages viendra signifier qu’il est temps de revenir au temps présent et de rentrer chez soi.
Un seul mot d’ordre pour le comité directeur : « Il ne faut pas relâcher l’effort ! ». En effet, la Fête médiévale peut s’enorgueillir de posséder le label FFFSH(Féderation françaises des fêtes historiques) , principalement pour la qualité de ses prestations et les costumes. Guérande est également récompensé pour ces petits détails qui font souvent la différence : le port des baskets et des lunettes de soleil prohibés, les panneaux routiers cachés, les éléments technologiques dissimulés. Les bénévoles promettent de faire encore mieux cette année.
 

Auteur : YD | 06/12/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « En 2012 l'association Rivage ouvre une maison d'accueil adaptée »
Article suivant : « Les Festi’cités de Guérande : un melting-pot culturel et festif réussi »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter