Guerande Infos

La Compagnie La Pastière ou « comment discuter différemment des conduites à risque avec les jeunes » ?

Nous avons rencontré Alessandor Arici, directeur de La Compagnie La Pastière, qui intervient en ce moment dans les collèges et lycées de Guérande pour parler des conduites à risque. Charismatique, sympathique, drôle, provocateur et passionné, cet Italien de la vallée Di Fiemme, laissera un souvenir impérissable aux jeunes qu’il aura croisés…

Nom : « Arici ». Prénom : « Alessandro ». Nationalité : « Italien ». Profession : « Directeur pédartistique ou artigogique, comme vous voulez, de la Compagnie La Pastière ». Le décor est planté.

Alessandro Arici roule sa bosse dans les collèges et lycées guérandais depuis quelques mois déjà et continuera à le faire jusqu’à la fin de l’année. Il mène avec ses collègues de la Pastière une action, dans le cadre du projet « Prévention 5/5 » lancé par la municipalité, sur la prévention des conduites à risque à Guérande. « Imaginer que les jeunes peuvent perdre leur vie ou leurs moyens par des conduites à risques ou, pire encore, par simple ignorance me révolte suffisamment profondément pour essayer de poser des actes concrets », explique-t-il. Entre échanges et discussions dans les différentes classes, une troupe théâtrale s’est montée, avec pour but la création d’une pièce : « Les élèves ont écrit 90 % des saynètes interprétées ».

Cinq représentations ont eu lieu dans les différents collèges et lycées, les 21 et 22 octobre derniers. À l’entrée de la salle, Alessandro accueille un à un les spectateurs. Ceci permet à chacun de se sentir concerné par le spectacle. Puis il prend la parole, présente la démarche, et anticipe les possibles « couacs » afin de rappeler que ce ne sont pas des professionnels, mais bien des élèves courageux et débutants qui ont envie de faire passer un message.

Bientôt, un spectateur qui n’écoute pas bavarde, Alessandro s’arrête net de parler, le fixe afin de lui faire comprendre qu’il gêne puis lui dit « je ne te demande même pas du respect vis-à-vis de tes camarades qui angoissent naturellement à l’idée de se présenter devant toi, mais bien de l’humanité ». Le message est passé, il renchérit en expliquant, que si l’un d’entre eux déroge à cette règle, il ira le chercher et lui demandera de monter sur scène pour expliquer son attitude. Le public est à l’écoute d’Alessandro qui lance le spectacle.

Dès la première saynète le message est fort. La troupe en entier saute, danse, chante sur une chanson de Shakira, en brandissant des pancartes avec des messages de joie. Alessandro, en voix off soutient la scène : « deux d’entre vous se suicideront », deux pancartes se retournent, avec écrit « suicide » sur fond noir, les élèves s’agenouillant, « trois feront une overdose mortelle », ainsi de suite, jusqu’à ce que l’ensemble de la troupe se retrouve à terre. Mais non, les jeunes ne souhaitent pas subir ces messages décourageants et se remettent debout, se remettent à sauter, à danser, à rire. Le spectacle commence à peine et j’ai déjà la chair de poule.

De nombreux autres messages s’enchaîneront lors des saynètes suivantes, tous aussi forts les uns que les autres. Réseaux sociaux, contraception, soirées alcoolisées, racisme, etc. sont autant de thématiques abordées durant cette heure intense de représentation. Alessandro est ravi : « Pour Sarah, Fanny et moi-même, cette création restera dans les mémoires ». Au final, c'est une belle démonstration de maturité de la part des apprentis acteurs et les spectateurs repartent avec une tonne de réflexion dans la tête.

27/11/2010 | 2 commentaires
Article précédent : « Le Téléthon à La Madeleine de Guérande »
Article suivant : « Au refuge pour animaux de Guérande, chiens et chats cherchent maîtres. »

Vos commentaires

#1 - Le 21 décembre 2010 à 10h09 par cecile, Nantes
J'ai eu la chance inouie de rencontrer ce fabuleux chevalier en quête permanente de moyens vrais, justes et concrets pour la sauvegarde des jeunes. J'ai vu ses spectacles tant artistiques que pédagogiques et personne n'en ressort jamais pareil, un petit pas de plus dans une prise de conscience active hors de la glue de l'inconscient collectif. Bravo pour ces jeunes qui ont la chance d'avoir désormais une armure de bon sens pour parer aux dangers qui vont jalonner leur parcours de vie. la graine est semée pour que ces jeunes pousses deviennent de belles plantes. Merci pour ça, monsieur Arici, pour ce que vous faites, vous êtes un philanthrope, un vrai et c'est si rare.
#2 - Le 02 mars 2011 à 16h28 par rougé, Nantes
jai eu la chance de faire du théatre avec eu sur les conduite a risque et d'ailleur sa me manque

fanny rougé ki vous aime fort

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter