Guerande Infos

La commune lance un vaste programme sur les haies bocagères

Lors du dernier conseil municipal, le CPIE Loire Océane et la chambre d’agriculture, ont présenté aux élus le programme de recomposition et de rénovation des haies bocagères sur la commune. Pour Christophe Priou, c’est une priorité compte tenu des enjeux environnementaux et économiques. Entrepreneurs, agriculteurs, particuliers et collectivités, tous seront prochainement concernés par une campagne de sensibilisation.

Le remembrement, la mécanisation agricole, les infrastructures routières et l’urbanisation galopante ont eu raison des haies bocagères au cours des décennies précédentes. Proche du désastre environnemental dans certaines régions, la politique de la terre rasée a vécu, et tout le monde s’en félicite. Néanmoins, retrouver les haies bocagères en partie intégrante du paysage de la Presqu’île et de Guérande demandera beaucoup d’efforts et énormément de pédagogie auprès des habitants et acteurs socio-économiques. C’est en substance ce qu’est venu dire Jean-Charles Biset, conseiller bocage à la Chambre d’Agriculture, au conseil municipal, justifiant d’un programme de grande envergure.
Cette initiative et cette ambition, Guérande la doit à son député-maire. Depuis longtemps déjà, Christophe Priou ne cesse de déclarer son attachement au retour de l’agriculture paysanne et raisonnée, dans un environnement respectueux, sur le territoire du Pays Guérandais. Un comité de pilotage est donc mis en place avec le soutien de Cap Atlantique, du Parc régional de Brière, et des partenariats techniques et financiers. Un mot d’ordre : « Le bocage de demain se plante, s’exploite et se gère aujourd’hui ». Car ce sont bien là les enjeux de ce programme : démontrer que les haies bocagères ont un réel intérêt environnemental, ornemental, et surtout économique.

Programme des actions

Informations, sensibilisations, formations, animations, échanges et communications, déjà des actions sont engagées, et de nombreuses suivront à destination de la collectivité, des professionnels et des habitants.
21 avril : Journée d’information des agents communaux (Espaces verts et voiries), avec travail sur les haies de la ville. De février à août : Définition du cheminement du circuit de découverte, définition des thématiques, réalisation des panneaux, suivie d’une sortie découverte le 17 septembre et de sorties avec les écoles. 8 avril : soirée débat ouverte au grand public. 16 avril : sortie randonnée. En mai : organisation de deux journées de formation. De juin à septembre : Groupe d’échanges en partenariat avec les comités de quartier. Septembre : acquisition de plants auprès des professionnels du secteur. 5 novembre : Journée de formation pour l’entretien des haies. 3 décembre : Journée de plantation. 10 décembre : journée d’exploitation d’une haie « Pourquoi et comment exploiter une haie ? ».
Pour les professionnels, 1er septembre : Journée de sensibilisation. Pour les exploitants agricoles, 29 mars : soirée débat pour prise de contact et sensibilisation. De mars à novembre : programme animé par la Chambre d’Agriculture. 19 novembre : journée de démonstration chez un exploitant.

« Poser des actes »

Unanimité chez les élus de tous bords pour ce programme de haies bocagères, même si l’opposition regrette que le projet ne soit pas assez ambitieux. À l’image de Frédéric Miché, Guérande Dynamique Écologique et Solidaire souhaite une vision à plus long terme : « On se pose la question de la coordination avec le PLU. Il y a-t-il de vrais projets d’exploitation du bocage par la commune tels que la réalisation de plaquette, l’énergie pour les bâtiments communaux ou les écoles par le broyage des haies ? Il est temps de poser des actes, d’aller plus loin que de la sensibilisation, même si c’est tout à l’honneur de la municipalité de Guérande d’avoir initié ce programme ».
Un propos relayé par Hélène Challier qui souhaite que l’État légifère, notamment lorsque se présente le douloureux problème des abattages illégaux. C’est également ce que dénonce un agriculteur dont Danièle Estay a lu une lettre. Ce dernier demande à ce que tout soit fait pour protéger les haies et les arbres existants face à l’urbanisation. Christophe Priou précise que tout est fait à la commission de délivrance des permis de construire pour que les propriétaires s’engagent à replanter lorsqu’il y a abattage. Aussi, de nombreux procès-verbaux sont dressés, « mais avec les arbres, en un coup de tronçonneuse, ça va vite, et nous arrivons souvent trop tard ».
Pour le volet agricole, Yves Guellec se joint sans réserve au programme. « On ne peut que déplorer ce qui a été fait en matière de politique agricole, même s’il faut reconnaître que ça a maintenu l’agriculture sur le secteur. Aujourd’hui, le monde agricole est prêt à replanter des haies. Les agriculteurs sont incités à reconstruire et rénover le maillage bocager. Je suis convaincu par cette nécessité. C’est l’urbanisation qui détruit les haies à l’heure actuelle ». Marie-Annick Durand conclut : « Le travail avec les agriculteurs est bien engagé. Le problème sera plus compliqué à l’intérieur de la ville ».

Auteur : YD | 04/04/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « Les subventions de fonctionnement allouées aux associations »
Article suivant : « Réquisitoire de C. Priou contre Cap Atlantique »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter