Guerande Infos

L’APAK est toujours d’attaque

L’association APAK à Guérande recueille, s’occupe et fait adopter les animaux (chiens et chats) du refuge de Kerdino. Cet été, elle lance la seconde édition de « L’été, on adopte » avec le concours de 21 communes.

L’APAK est toujours d’attaque

La fourrière intercommunale (21 communes sur les territoires de Cap Atlantique et de la Carène) est devenue le refuge de Kerdino à Brézéan (commune de Guérande). « Elle était ouverte depuis 1976. Mais à cause d’une réforme, nous ne pouvions plus proposer les animaux à l’adoption. Plusieurs solutions ont été testées, sans grand résultat. J’ai alors décidé de créer l’association APAK en mai 2009, ce qui nous a permis de recueillir et de faire adopter des animaux, comme avant », commence Danielle Ammour, présidente de l’association et du refuge. Elle a donc démissionné de son poste de présidente de la fourrière pour devenir présidente de l’APAK.
Ce sont les 21 communes qui financent le refuge. Danielle Ammour, dans une volonté de transparence, a insisté pour que trois élus fassent partie du conseil d’administration de l’association afin de pouvoir faire des contrôles à tout moment. « Les élus me connaissent depuis seize ans, nous avons des rapports de confiance », précise-t-elle. D’autant que le service de fourrière est assuré selon la volonté des communes. De même, tous les trimestres, les services vétérinaires font des contrôles (inopinés, bien entendu) du refuge. Les rapports sont bons et communiqués aux communes.

1 035 animaux en 2010

Actuellement, le refuge dispose de cinq salariés et d’un renfort saisonnier pour s’occuper des animaux. Quelques bénévoles et beaucoup de stagiaires de 3e aident aussi. En effet, l’été, le refuge a beaucoup plus d’animaux qui lui sont envoyés. En 2010, le refuge a accueilli 1 035 animaux et seulement 264 ont été adoptés. « Parmi ceux qui restent, beaucoup ont été restitués à leurs propriétaires. L’été, un certain nombre de touristes viennent avec leur animal et le perdent à cause d’une porte restée entrouverte ou du bruit des feux d’artifices qui effrayent beaucoup les chiens », ajoute Danielle Ammour. Beaucoup d’animaux viennent donc au refuge de manière temporaire.
Le refuge essaie de sauver le maximum d’animaux, mais ce n’est pas toujours possible. L’une des périodes noires de l’année, c’est le début de l’été et l’arrivée des portées de chatons. Les chattes sauvages se reproduisent majoritairement l’été et quand des gens trouvent les petits, ils les emmènent au refuge. Jusqu’à dix chatons par jour peuvent donc être amenés entre juin et juillet. Or les chatons retirés trop tôt à leur mère ont peu de chance de survivre. Pour Danielle Ammour, malgré les années, « c’est toujours une période très difficile pour tous ».
 

La campagne « L’été, on adopte »

C’est la seconde édition. Le but : chaque commune parraine un animal et doit diffuser sa photo sur son territoire, ce qui fait de la pub à la fois pour le refuge et aux animaux. « Trois d’entre eux ont déjà été adoptés. Mais les gens viennent aussi suite à l’affichage et prennent un autre animal », conclut Danielle Ammour. Plusieurs dizaines de chiens et de chats y attendent leur famille.

Refuge de Kerdino, Route de Mesquer, Brézéan. 02 40 24 98 31. Ouvert du lundi au samedi de 14 heures à 18 heures.

Auteur : AP | 26/07/2011 | 0 commentaire
Article précédent : « La Fédération Presqu’île Environnement réagit aux propos du maire de Pénestin en Conseil Communautaire »
Article suivant : « L'opposition pointe « le faste guérandais » »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Publicité
Audiences annuelles des sites du réseau Media-WebSalon du chocolat
 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter