Guerande Infos

Guérande Conseil Municipal : Un débat d’Orientation Budgétaire, des travaux sur le patrimoine et sur la salle de tennis, mais stationnement payant maintenu en 2017.

Le point important du Conseil Municipal du 12 décembre était le débat d’orientation Budgétaire parmi 22 rubriques à l’ordre du jour.
Le financement du Plan Lumière, évoqué par l'opposition, pour son opacité
Le financement du Plan Lumière, évoqué par l'opposition, pour son opacité

La présentation de Thierry de Lorgeril devait permettre au conseil et à l’assemblée de se projeter dans l’année 2017. Si un certain nombre de décisions se profilent comme la réfection du toit de la salle de tennis pour 750 000€, la restauration du patrimoine, Collégiale et Remparts pour 750 000€ suite aux études engagées précédemment, avec une stabilisation des dépenses de fonctionnement, le sujet de la dette de la commune, son augmentation prévue en 2017 de 20M€ à 23M€ a entrainé une discussion étonnante d’imprécision. Les transferts de compétence vers Cap Atlantique ont été chiffrés en terme de baisse de dotation et si les taux d’imposition eux-mêmes n’ont pas augmenté, les bases sur lesquels ils sont calculés ont augmentées alors sur notre relevé, la stabilité n’est pas de mise.

Le Débat d’orientation budgétaire est toujours un moment  qui permet à chacun de projeter l’année à venir. L’année 2016 est pratiquement terminée et on peut alors savoir les dossiers qui seront retenus, les gros investissements prévisibles et l’architecture globale des futures dépenses et recettes. C’est ainsi qu’est donné le contexte : transferts des compétences économiques, tourisme et Gens du Voyage, ainsi que le transfert de la compétence enfance et jeunesse du CCAS vers le budget communal.

Les indicateurs retenus : PIB +1,5%, inflation 0,8%, Déficit Public 96%.

La Dotation de l’Etat est en baisse de 1M€ et la loi SRU doit permettre un peu d’amélioration.

Pour les transferts : Economique : -90k€, Tourisme : -225k€ la taxe de séjour restant à la ville, Accueil des gens du Voyage : -16k€. Ces diminutions correspondent aux subventions et charges que la commune supportaient et qui vont revenir à la charge de l’intercommunalité. Est évoqué et chiffré le transfert de la charge du portage financier du petit séminaire( remboursement de 1300K€ des paiement de la ville, déjà passé au conseil municipal précédent).

Pour le passage du CCAS à la ville du secteur enfance jeunesse : -1240k€ qui est retrouvé en diminution du budget du CCAS.

Les charges de fonctionnement sont stables mais les charges de personnel qui sont annoncées stables passent de 9103M€ à 11004M€ dans les tableaux présentés.

La dette annoncée à 21M€ dans le discours de l’élu passe à 23Me en 2017. IL annonce en fait des subventions à venir pour le patrimoine et des restes à réaliser sur le budget 2016 ce qui devrait porter les emprunts pour 2017 de 4M€ à 2M€. Le ratio de solvabilité passant de 9,5ans en 2016 à 8 ans en fin de municipe.

Après ces préambules, les projets pour la ville sont annoncés :

Le toit de la salle de Bréhadour pour 750 000€ pour le tennis, salle qui sera ouverte au collège et Lycée O Guichard proches.

La réfection du patrimoine Collégiale et Remparts pour 750 000€

Le Plan Lumière en Partenariat Public Privé pour 245 000€ engagement sur 10 ans.

Suivent, le concours pour un groupe scolaire à la Maisonneuve : 20 000€, 

Le nouveau PLU, diverses études.

Le stationnement payant est maintenu.( Il a rapporté en 2016 230 000€)

Hélène Challier et son équipe pointent le fait que la dette de la ville passe ainsi de 20M€ à 23M€ égale au  budget de la ville qui est  de 20M€. Mais c’est surtout cette augmentation de 3M€ qui a été le sujet du débat. Pourquoi cette augmentation ? Et c’est donc le chiffrage de la capitalisation du Plan Lumière, à 1,7M€ qui augmente la dette. Dans le collimateur de l’équipe de Mme Challier, c’est surtout le manque de clarté, pour eux ce sont 6M€ que devrait coûter le plan lumière et ainsi alourdir encore la dette. Pointé aussi  le manque de concertation sur les projets : « Nous n’étions pas au courant pour le groupe scolaire de la Maisonneuve et aucune réunion bilan n’a été réalisée sur le stationnement payant après la saison. »

Pour Frédéric Miché, C’est aussi la dette qui fait réagir son groupe : « . Nous aurions été contents de vous entendre mentionner la dette que nous avons contractée près de l’entreprise Bouygues pour la réalisation du plan lumière. Pour avoir une vision réelle et sincère de la dette que vous nous présentez ce soir, Il faut ajouter 6.5 M d’€ aux 23 M. »"Nous regrettons l’investissement de Saillé. cela rend la situation financière de la ville très tendue, ne permettant pas à la ville de se préparer sereinement à la transition énergétique qui s’annonce. Ils demandent un projet cohérent et un ciblage des investissements nécessaires aux évolutions futures." Ils sont aussi opposés au stationnement payant et réclament une concertation sur ce dossier. Il est évoqué aussi la disparition du studio « on Air » et le respect des compétences des agents. (Lors de la délibération sur les tarifs municipaux, l’association « vivons Guérande Ecologique et Solidaire » demandera aussi quelle proposition sera faite aux associations en remplacement de la carte de photocopie supprimée en janvier dernier, qui devait voir un remplacement en juin et qui manque à leur fonctionnement.)

Le Plan Lumière qui commence à animer qualitativement la ville en ce temps de Noël met les responsables financiers dans un flou qui pourrait être artistique, un flou qui cache des hésitations de position pouvant empêcher les projets futurs.

Auteur : NG | 17/12/2016 | 0 commentaire
Article précédent : « Guérande : La ville consulte sur le thème «attractivité urbaine et qualité de vie» »
Article suivant : « Conseil Municipal : Stationnement payant, la ville de Guérande confirme pour la saison prochaine. »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter