Guerande Infos

Guérande Alternance en discordance pour le conservatoire intercommunal dénonce un outil « totalement disproportionné »

Le groupe constitué de Fabienne Germain, Dominique Migault, Hervé Naël et Hélène Challier était au complet vendredi pour sa présentation de rentrée.
Dominique Migault, Hélène Challier, Hervé Naêl et Fabienne Germain
Dominique Migault, Hélène Challier, Hervé Naêl et Fabienne Germain

«Notre opposition ne sera pas  de principe, nos positions se définiront en fonction des sujets » indique le groupe de gauche qui « refuse les clivages » et se veut « pragmatique ».

Protéger les marais et le traict du Croisic

Le groupe affirme qu'il sera « très vigilant » concernant l'urbanisation, le PLU est en cours d'étude, les zones submersibles doivent être repérées et déjà il faut anticiper et geler des permis. « Il ne faut pas urbaniser les marais sauf pour les exploitations aquacoles et salicoles », « on a 8 000 ha à Guérande, il y a de la place ailleurs » précise Hélène Challier. Le groupe donne l'exemple de Léniphen où il n'est peut-être pas nécessaire d'implanter une surface commerciale de 160 m2 alors que le terrain est « déjà en zone submersible » (sans l'anticipation de 60 cm de montées possibles des eaux dans 100 ans pour définir les niveaux de submersion). De même à Saillé pour une partie du Pré Garnier.

Concernant la qualité des eaux du traict, Guérande Alternace salue la grande implication des services de Cap Atlantiques sur le dossier, mais il ne faut pas attendre une condamnation pour pollution et un déclassement des eaux qui serait catastrophique, notamment pour l'économie rapelle Dominique Migault, regrettant qu'il soit déja effectif pour les barres de Pen Bron. Les résultats des analyses ne permettent toujours pas la réouverture de la pêche de loisirs, et en professionnel les coquillages ne peuvent être vendus qu'en conserverie.  Depuis la mi-juillet les résultats ne sont pas conformes : «les touristes pensent que nous craignons que nous voulons pas qu'ils pêchent, mais ce n'est pas ça du tout, la situation est grave ».
Se pose la question du traitement des eaux usées domestiques ou des raccordements au tout à l'égout. Une chartre de bonne conduite a été signée, «elle doit être appliquée » .Et  « s'il le faut, être répressif » ajoute Hélène Challier très déterminée. Les boues de la station de Livery sont épandues dans les champs y compris sur le coteau de Guérande qui sont lessivés en cas de pluie. Guérande Alternance demande que soit mis en place un autre plan d'épandage. De manière plus générale : « aller plus loin et appliquer les normes Européennes pour les taux acceptables de nitrates » permettrait au territoire d'être exemplaire et moteur dans le domaine.

Alerte sur l'hôpital

L'hôpital inter communal risque une fermeture partielle. Les installations sont anciennes et ne répondent plus aux normes. 160 lits d'EPHAD sont menacés ainsi que 42 lits de soins de suite qui doivent migrer dans une structure neuve à Guérande (coût 12 millions d'euros). L'hôpital a demandé une subvention à la Ville de Guérande, « qui n'a pas répondu » selon Hélène Challier. De plus, les ateliers du PLU ne se sont pas interessés à ce sujet. « Batz et le Croisic sont mobilisés ». Guérande Alternance demande que Guérande défende ce dossier. « Il s'agit d'offre publique », « nous revendiquons que les anciens ont le droit de finir leur vie près de chez eux ». L'opposition « regrette que le maire ne siège pas au conseil de l'hôpital »

Cap Atlantique

Guérande Alternance approuve l'achat du terrain pour la création d'un centre d'affaires à La Baule, «mais pas haut de gamme »précise-t-elle. «Il y a un besoin, avec une pépinière d'entreprises avec des locaux standards voire bon marché, pour se donner les moyens de l'innovation ».
Les services de Cap Atlantique pourraient y être installés, mais Guérande Alternance pense qu'il faut aussi étudier une installation au Petit séminaire car « Nous contestons les conclusions de l'étude qui figent 3000 m2 pour le seul conservatoire intercommunal de musique », « bien trop grand, ce serait le plus grand de France, totalement disproportionné ! ». L'opposition souhaite une réévaluation du projet avec l'étude d'un hébergement de service public, par exemple d'une partie des services de Cap Atlantique.

Auteur : LY | 13/09/2014 | 0 commentaire
Article précédent : « Guérande Le conseil municipal débat sur...les débats »
Article suivant : « Conseil Municipal : Le village de Saillé deviendra-t-il un petit Mont Saint-Michel ? »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

 Twitter réseau Média Web
Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter