Guerande Infos

Fédération Presqu'île Environnement règle ses comptes

Trois associations ont quitté le groupe, et ont expliqué pourquoi dans un communiqué y a quelques semaines. Le président de Fédération Presqu'île Environnement Rémy Gaudron a demandé un droit de réponse.

Pour rappel Le communiqué des associations Decos, Les amis de Mesquer et Pen Kiriac
: voir http://www.guerande-infos.net/environnement-trois-associations-quittent-ensemble-la-federation-presqu-ile-environnement-29-56-984.html


La réponse de Rémy Gautron :


"La parution d’un communiqué dans la presse locale et son envoi aux élus de la part de trois associations démissionnaires de la FPE, invoquant « l’impossibilité d’obtenir un fonctionnement interne constructif, participatif et serein… », pourrait laisser penser que seules des questions de fonctionnement interne seraient en cause. En fait, les vraies raisons sont autres : la première est liée au positionnement de certaines de ces associations par rapport au projet éolien sur le Banc de Guérande, positionnement plus idéologique que de défense de l’environnement ; la seconde relève plus de l’exigence de relations rigoureuses d’indépendance que doivent entretenir pouvoir politique et associations environnementales, sans compromis en échange de nomination de tel ou tel personnage. Tant dans l’affaire éolienne que dans celle de CAP Atlantique, il s’agit de savoir si on doit accompagner le pouvoir et l’administration en agissant seulement à la marge, ou s’il est dans le rôle des associations d’être des lanceurs d’alerte et des forces de propositions sur le terrain.
Le manque de sérénité au sein de la FPE durant ces dernières années a d’abord été causé par ces associations, à la demande desquelles, pourtant, la FPE a fait évoluer ses statuts, et qui, par leurs prises de position publiques, sans aucun respect mutuel, ont contribué directement au retrait d’autres associations. La FPE va désormais pouvoir se positionner clairement, et permettre le retour de celles-ci et l’adhésion de nouveaux membres, autour de valeurs communes de protection de l’environnement : cette protection doit s’appuyer avant tout sur l’observation locale et non sur une approche centralisatrice (départementale ?) et sur une participation large et efficace des citoyens.
Les trois représentants des associations démissionnaires, membres du CA,  en désaccord, avaient  démocratiquement toutes lattitudes pour se porter candidats aux postes de président et de secrétaire, vacants (tiers sortant) lors de l’AG du 30 mai 2015, avec leurs propositions d’une autre politique pour la Fédération. Ils ont choisi, courageusement, de ne pas affronter un vote de l’AG et de démissionner avant cette AG."

Communiqué :

Suite à la parution d’un communiqué de trois associations démissionnaires, diffusé dans les medias locaux, et adressé aux élus, la FPE tient à apporter les précisions suivantes :

1- La FPE regroupe les associations qui partagent les mêmes valeurs de protection et de défense de l’environnement et du cadre de vie en presqu’île guérandaise.
Ses statuts définissent son objet et précisent notamment son caractère apolitique.
Ses moyens d’action sont décidés par son Conseil d’Administration où les trois associations démissionnaires étaient participantes, dont l’une par un Vice-Président (Pen Kiriak).
De nouvelles associations (Assérac, La Turballe) récemment créées ou en cours de création avec l’aide de la FPE, demandent ou demanderont leur adhésion à la Fédération.  

2- Conseil de développement de Cap Atlantique
La Fédération PE y était représentée depuis sa création. Face aux dysfonctionnements récurrents du précédent Conseil de Développement (pas d’assemblée plénière en 2012, 2013 et 2014) plusieurs courriers ont été adressés, en vain, au Président de Conseil de Développement,  au président de Cap Atlantique, et  au Préfet. Les représentants des associations démissionnaires avaient approuvés ces courriers, rédigés en termes ouverts, rigoureux et modérés. 
Suite aux élections municipales et de communauté de communes Cap Atlantique, un nouveau Conseil de Développement a été mis en place par le Président de Cap Atlantique. La Fédération n’a pas été sollicitée en 2014 pour y être représentée. C’est la conséquence, en rétorsion,  de ses diverses interventions pour réclamer un fonctionnement normal du Conseil de Développement, et c’est une atteinte à la liberté d’expression des associations. On note que les démissionnaires G. Pelon (DECOS) et H. Stern (Pen Kiriak) ont été nommés au Conseil de Développement  version 2014, par M. Métaireau, au titre de leurs associations locales et non de la FPE dont ils étaient encore membres dirigeants. Depuis la mise en place de ce nouveau Conseil de Développement et d’une commission Environnement, malgré nos demandes, ces deux représentants ne nous ont diffusé aucune information…
On se rappelle que le précédent Conseil de développement avait émis, à la demande de certains de ses membres,  un avis défavorable au projet d’usine éolienne (12) sur le Banc de la Banche, qui fut abandonné.
La FPE attend avec intérêt l’avis de Conseil de Développement et de Cap Atlantique sur le projet côtier de 80 éoliennes sur le Banc de Guérande, avant l’enquête publique de cet été.

Epandages de déchets verts pollués – Prix
Malgré des alertes lancées dès 2010, les représentants d’associations démissionnaires avaient voté contre l’envoi d’un courrier FPE,  à ce sujet, au président de Cap Atlantique.
Lors du CA de préparation à notre AG 2015, ces mêmes représentants, se sont déclarés contre l’attribution de prix (prévue dans les statuts) et contre l’organisation d’une réunion d’information sur le projet éolien du Banc de Guérande lors de l’AG. Plusieurs propositions diverses d’actions communes sont également restées sans effet (suivi de l’Affaire du Poull’go- Natura 2000, pollutions bactériologiques des traicts du Croisic, poste de secours et  pollutions chimiques à Batz sur mer….), suite à l’opposition systématique des associations démissionnaires.

Lutte contre le Baccharis
Cette problématique a fait l’objet de nombreuses alertes et chantiers d’éradication bénévoles organisés par des associations membres et est, depuis plusieurs années  officiellement prise en charge financièrement par les communes  et la communauté Cap Atlantique (40 000€ pour 2015). Une demande officielle de classement du baccharis, comme espèce invasive nuisible, a été prise en compte par notre député dès 2012. En 2014, le nouveau président des Amis de Mesquer (P. Pervez), à l’occasion d’une réunion du CA de la Fédération, (le seul CA auquel il ait d’ailleurs participé depuis son élection) avait pris seul l’initiative de convoquer des élus des communes concernées et des représentants de Cap Atlantique, ceci malgré notre désaccord et opposition, dans le but de créer un collectif anti baccharis. Ce collectif (avec cotisation de 45€) n’a donc pas été créé avec l’agrément et selon les règles de la Fédération PE.

Fonctionnement interne
Le fonctionnement de la FPE est conforme à ses statuts et à son règlement intérieur, récemment rénovés et approuvés en son temps par les démissionnaires. Ils doivent être impérativement respectés par toutes les associations membres, sous peine d’exclusion.
 
Sérénité
On se souvient, entre autres, des attaques publiques (presse locale) et personnelles inadmissibles du précédent président de Pen Kiriak (J.P. Barbier) et de certains des adhérents de l’association (H. Stern) visant des membres du collectif DLM (Défense de la Mer). Ce président avait été rapidement remplacé par son association.
Le nombre important de présidents qui se sont succédés (et ont démissionné) à la présidence de Décos, ces dernières années, est également significatif.

Au sein de la FPE, le projet d’usine de 80 éoliennes sur le Banc de Guérande fait débat. Des associations membres y sont opposées, d’autres sont pour un moratoire ou un déplacement du projet, certaines ne se sont pas encore positionnées. Elles auront l’occasion de s’exprimer en toute liberté lors des enquêtes publiques. La FPE, elle,  remplit son rôle en diffusant sur son réseau interne toutes les informations utiles sur ce projet important au large de nos côtes.  
 
Relations avec les collectivités territoriales
La FPE réaffirme vouloir conserver une totale indépendance dans ses relations avec les collectivités territoriales et les pouvoirs publics locaux, garantie indispensable de sa crédibilité et de sa liberté d’expression. La FPE continuera, comme par le passé, à œuvrer comme un groupe de propositions et de critiques constructives.
La liste, des nombreuses alertes lancées et prises en compte, des oppositions à certains projets abandonnés car dommageables à notre environnement et les nombreuses demandes ou projets qui ont été suivis d’effets, est le résultat concret de la vigilance et des actions militantes des associations membres de la Fédération Presqu’île Environnement depuis sa création en 1992.

UDPN 44 agrément et associations locales
Récemment la plupart des associations locales ont perdu leurs agréments « Environnement » suite à l’application du décret du 12 juillet 2011. Seules les associations départementales ont vu leurs agréments renouvelés. Pourtant : « Art. R. 141-3.-….. Le cadre territorial dans lequel l’agrément est délivré est fonction du champ géographique où l’association exerce effectivement son activité statutaire, sans que cette activité recouvre nécessairement l’ensemble du cadre territorial pour lequel l’association sollicite l’agrément. »  et à l’évidence cet alinéa s’applique à une Fédération comme la nôtre dont l’activité se concentre, entre autres, sur l’espace littoral et non sur l’ensemble du département.
Des recours en annulation de refus d’agréments ont été faits et certains tribunaux ont déjà donné raison à des associations et/ou des fédérations requérantes (CAA de Nantes 13 février 2015 – TA Rennes 27 décembre 2013). Une trentaine d’arrêts sont en attente de décision dans les CAA françaises. Une action nationale est en cours pour introduire, dans la nouvelle loi, un amendement qui permettra aux associations locales de retrouver leurs agréments.

Le CA de la FPE – 23 juin 2015
FPE : Fédération Presqu’île Environnement créée en 1992.
Fédération Presqu’île Environnement :
Contact :  R. Gautron  Les Maisons Brûlées  rte des Paludiers
44 350 Guérande - tél : 02 40 24 75 64 – c : gautron.fpresquile@yahoo.fr

26/06/2015 | 0 commentaire
Article précédent : « L’association Guérande Environnement : Dit NON au projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes »
Article suivant : « Environnement : Trois associations quittent ensemble la Fédération Presqu’île Environnement »

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter