Guerande Infos

Article loi LOPPSI 2/Gilles Bernier : la mairie ne porte pas plainte mais traduit guérande-infos.net au tribunal municipal

Pas de doute ni de mauvaise interprétation cette fois, tous les bancs du conseil municipal ont unanimement condamné guerande-infos pour son article sur Gilles Bernier (lire par ailleurs). Qualifiés de dangereux, violents, lâches, antidémocratiques, fascisants par les uns, anarchistes pour les autres, notre information et son rédacteur ont même été jugés coupables « d’atteinte aux droits de l’Homme ». Pourtant, ces faits « d’une extrême gravité » selon Christophe Priou, n’entraîneront pas de dépôt de plainte par la marie. Pourquoi ?

L’acharnement dont guerande-infos.net a été la cible lors du conseil municipal de ce lundi soir, a été soigneusement préparé. Préalablement, la proie avait été cordialement invitée à venir faire son travail, des échanges téléphoniques ayant déjà eu lieu sur le sujet avec Jean-Baptiste Jusot, directeur de cabinet du maire. La question diverse qui a amené le conseil municipal à se muer en tribunal municipal pas si improvisé que cela, minutieusement posée par la majorité et relayée par l’adjoint aux finances, Thierry De Lorgeril, parfait en procureur. Avec l’opposition en témoin de moralité et philosophant sur les dérives d’internet, restaient des élus pour faire les jurés, abasourdis par ce qu’ ils entendaient. Pas d’avocat pour la défense, même si l’on a bien gentiment demandé à l’accusé d’avancer jusqu’à la barre pour « s’expliquer ».
Dans le contexte national, cela peut faire sourire qu’une majorité UMP décide de se passer du pouvoir judiciaire pour délivrer seul ses sentences. « J’ai décidé de ne pas porter plainte en diffamation, cela ne sert à rien », explique Christophe Priou. Cette décision a été bien pesée, sans doute avec un conseil de juristes et d’avocats, car pour les accusations « d’ atteintes aux droits de l’Homme », guerande-infos était en droit d’attendre au minimum un recours devant la HALDE, au mieux une assignation devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Mais, dans ses remparts, la municipalité guérandaise a préféré la bonne vieille méthode du pilori. Faute d’être certain de gagner au tribunal, autant faire justice soi-même, et si possible en place publique.
Et Gilles Bernier dans tout ça ? Eh bien, si nous avons bien compris le maire, ce serait une espèce de doux idéaliste qui aurait été manipulé par le journaliste. Car Christophe Priou doute sérieusement que l’homme à la yourte ait pu tenir les propos rapportés dans l’article. D’ailleurs, il les nie fermement. Le député-maire indique même que c’est un homme courtois qu’il a reçu au moins deux fois en mairie, pour qui les élus ont fait de nombreux efforts en lui proposant des solutions, mais « qu’il n’a pas jugé bon de donner suite ». Une déclaration confirmée par Gilles Bernier, contacté plus tôt dans la journée : les solutions envisagées étaient trop contraignantes. « Il y avait notamment des problèmes d’accès trop étroit. Mais à chaque fois des élus ont été sur place pour faire avancer le projet de Monsieur Bernier », ajoute le maire.
Au passage, Christophe Priou insiste sur le fait que « le maraîchage bio et paludier, c’est un vrai métier ! », et qu’une formation en règle donne droit à l’installation. Le maire a toutefois retracé l’historique de ce dossier réaffirmant le droit sur l’occupation des sols en sites remarquables. Dont acte. Gilles Bernier dort dans son mini-van. Fin du chapitre pour les élus.
Afin de ne pas donner le bâton pour nous faire battre, nous ne citerons pas précisément les propos de chacun, si ce n’est quelques phrases et les qualificatifs employés. Pour cela, nous attendrons le procès-verbal du conseil municipal.
En faisant l’amalgame entre l’article et les commentaires, Thierry De Lorgeril, dans son réquisitoire, met tout le monde dans le même sac : le site, l’hébergeur, le journaliste, les commentateurs identifiés et les pseudos anonymes. L’adjoint aux finances cite une litanie de bouts de phrases sorties du contexte (bonne vieille méthode toujours) et qui peuvent paraître très choquantes. « C’est de la violence sous couvert d’anonymat. C’est la porte ouverte à toutes les persécutions possibles. Il n’y a rien de pire que les propos sans visage. Ils n’ont aucun courage, c’est une négation de la démocratie », indique-t-il. L’élu craint particulièrement que notre media n’appelle à la violence, au trouble de l’ordre public, et surtout à la révolution… Prétextant qu’on ne peut pas retrouver les auteurs, il plaide pour une forte condamnation mais lui non plus ne portera pas plainte.
Christophe Priou se dit extrêmement choqué, cela lui rappelant le douloureux souvenir de l’attentat de La Baule par un militant d’extrême-droite. Il pense revivre la même situation : « Ce sont des propos semblables qui ont conduit à cet attentat. Cela pose un problème de déontologie et d’éthique. C’est une dérive très grave ! Internet a beaucoup de qualités, mais les journalistes ne vérifient pas leurs informations, et les pseudos, ce n’est pas très courageux ». Une leçon de journalisme administrée par le député qui prône l’objectivité là où Guérande-infos revendique aussi le droit d’opinion. Selon Christophe Priou, le témoignage de Gilles Bernier n’aurait de sens que si dans le même article, il avait eu l’opportunité d’apporter la contradiction. Christophe Priou manque-t-il à ce point de tribunes ? Car, au comble de la mauvaise foi, la majorité municipale reproche à guerande-infos de ne pas lui avoir accordé un droit de réponse. Nous n’attendons que cela depuis 15 jours.
Un dernier argument repris par des alliés de circonstance. L’opposition y va également de son couplet, car, ô malheur, le journaliste s’est trompé en écrivant que la gauche et Europe-écologie Les Verts avait voté en faveur de la loi LOPPSI ! Inexcusable pour des élus irréprochables. En expliquant que guerande-infos a traité l’erratum dans la plus grande discrétion, « je ne comprends pas la démarche journalistique qui refuse de placer l’erratum au même niveau que l’article » explique Danièle Estay, on ne peut que l’inviter à relire l’article. C’est confondant. Là aussi, Europe-Ecologie Les Verts, a repoussé une rencontre avec guerande-infos après le 20 février. Un délai nécessaire pour faire partie du cortège des plaignants au conseil municipal. L’élue verte ne portera pas plainte non plus.
Quant à Olivier Château, pour le PS, c'est pile et face. D’abord, en plein conseil, il fait référence à un article de guerande-infos sur les subventions culturelles accordées par le Conseil Régional (sans citer sa source bien entendu) pour mettre le maire en difficulté, reprenant argument par argument ce que nous avons écrit, sur ce qu’il convient d’appeler une petite maladresse dite au précédent conseil. Ensuite, il donne de concert : « Je suis d’accord avec ce qui vient d’être dit. Mais cela pose aussi la responsabilité de l’hébergeur en termes de modération des sites. Internet suppose de nouvelles pratiques et certainement de nouvelles législations ». Lui non plus ne portera pas plainte.
Indignés, les élus guérandais n’ont pas eu besoin de rendre leur sentence.L’accusé, lui, est resté muet. Indignés les élus, comme le titre du livre de S. Essel que Danièle Estay a généreusement offert à l’ensemble du conseil municipal. Indignés, certes, mais n'hésitant pas à  utiliser ce procédé facile, qui consiste, en place publique,  à désigner du doigt inquisiteur. Nous aurions préféré qu’ils portent plainte. Porter plainte c'était offrir à guerande-infos le droit de la loi, celui de se défendre. Mais, les députés, ceux-là mêmes qui votent les lois ne feraient-ils plus confiance aux hommes à qui la République a confié la charge de les faire appliquer ?

La direction de Guérande-infos communique :

Yoann Daniel, notre journaliste nous a rapporté comment il avait été traité au conseil municipal de Guérande.
Nous nous élevons contre de telles pratiques vis-à-vis de la profession.

Rappel des faits : Un article publié sur guérande-infos relatant la
difficulté de Gilles Bernier expulsé de sa yourte et vivant dans un camion a créé un flot de commentaires d'indignation. La ville de Guérande n'était
pas en cause dans cet article, il s'agissait d'un éclairage sur les lois OPPSI1 et OPPSI2.

La direction de Guérande-infos a filtré les commentaires pour
qu'ils ne soient ni injurieux ni diffamants comme elle fait toujours.

Malgré cela un collaborateur du Maire de Guérande s'est ému par téléphone et par mail des commentaires sur cet article.
Échanges mail et téléphoniques ont eu lieu, et un rendez-vous souhaité en mairie de part et d'autre.
Le collaborateur du Maire nous répond dans un mail :" Merci pour votre
réponse complète. Il n'y a aucun souci.
Je pense simplement que les services de la Ville auraient pu être contactés
afin de donner leur explication…et que le lecteur n'ai pas qu'un son de
cloche. Cet article ne s'appuie que sur une source, dommage...
Par ailleurs je ne souhaite en rien défendre la loi mise en cause. Le
gouvernement a un service communication et des moyens pour ça...
Merci pour cet échange. Bonne journée.
Cordialement. "

Mais pendant le conseil municipal

Dans les questions diverses notre journaliste a été pris a partie, montré du
doigt, traité de collabo… Devant toute l'assistance. Il n'a pas bronché
scotché sur place par tant d'acharnement. Il nous a téléphoné pour nous
dire qu'il sortait de la salle pour respirer un peu d'air frais.

Cette mise en scène avait été soigneusement préparée. Nous nous élevons
contre de telles pratiques.

Nous sommes un media d'opinion libre et indépendant.
Il ne faut pas confondre le contenu d'un article et les commentaires qui viennent s'y poser.
Les sites de Libération, de Mediapart, de RMC, France Football etc...reçoivent et publient aussi des commentaires, souvent beaucoup plus cinglants.

Internet c'est un espace de liberté c'est aussi un vecteur d'opinions.
Il faut que les politiques en prennent la mesure.

Est-ce une raison pour traiter un journaliste de la sorte ?

Auteur : YD | 15/02/2011 | 14 commentaires
Article précédent : « L’Institut Médico Éducatif de Saint-Nazaire trouvera refuge à l’ancienne école de La Madeleine »
Article suivant : « Subventions culturelles : le Conseil Régional se défend de léser Guérande »

Vos commentaires

#1 - Le 15 février 2011 à 21h29 par améliepoulain, Saint-nazaire
Edifiant cet article, mais rassurant pour mon pseudo : c'est mon nom de résistance après l'indignation. Comment s'exprimer autrement que sous un nom d'emprunt quand on veut défendre ses idées dans ce"beau pays démocratique" ? Je souhaite à Gilles Bernier qui me semble être un beau personnage, de continuer à être "ce doux idéaliste" qui grâce à son humilité et à ses rêves parviendra peut-être un jour à démontrer qu'on peut être heureux en cultivant son jardin, au milieu de ce monde régi par la finance et les lois sécuritaires.
Je souhaite à vous tous maire et élus, de vous pencher sur la philosophie de cet homme, de réfléchir à votre vie, et de commencer enfin à tolérer ceux qui ont envie de vivre autrement tout en restant ouverts au monde. Arrêtez d'avoir peur de tout le monde et faîtes un peu confiance aux gens !
Dans quelques jours, Tom et Léa vont vivre leur jugement en appel. Allez voir si ces deux jeunes sont des dangers pour la sécurité de la société ? Ce que Gilles Bernier et eux ont eu tort de faire, c'est de vouloir construire une "utopie" aux dires de ceux qui sont si matérialistes, alors qu'il ne s'agissait que d'un projet de vie et de bonheur.
Je souhaite enfin à ce blog de continuer à informer et que la presse poursuivre librement son travail.Je souhaite du courage à ce journaliste pour continuer à croire à son métier.
Tout ceci m'encourage à devenir militant de causes aussi fortes. Mon pseudo est peut-être prétentieux mais il y a quelque chose d'Amélie en moi.
Je rêve sans doute...Bon courage à tous.
#2 - Le 16 février 2011 à 08h53 par Débla, Le Cannet 06
Il s'agit de la loi Loppsi et non Oppsi 1 ou 2.....
#3 - Le 16 février 2011 à 12h42 par macabane
Loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure

Le "L" signifie Loi
Il est donc correct d'écrire les lois OPPSI 1 et OPPSI 2

Mais restons solidaires car cela devient de plus en plus intéressant. Entre la loppsi 2, son article 32 ter A et le SCOT dont on ne parle pas encore
(Schéma de cohérence territoriale) il y a de quoi s'inquiéter ! Et donc de réagir citoyennement.

Au fait, à propos de coups de poignards, c'est une image, dans le dos des contribuables grands et petits (TVA), connaissez-vous le Fonds stratégique d'investissement crée depuis 2008 ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonds_strat%C3%A9gique_d%27investissement
#4 - Le 16 février 2011 à 15h25 par lenomdelaloi
petit débat pour débla :)

c'est la loi d'Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure (Loppsi),
donc si j'ai compris soit on dit "loi OPPSI" ou "LOPPSI"

dire Loi LOPPSI ça me parait être dire "loi loi" d'orientation etc....
je pense que ça vient de la définition "projet de loi etc.."
c'est ce qui devient l'usage en effet
.... à nous de bégayer ou non sur un nom qui fait déjà bien parler...
avec ou sans "l"...
après, bof, LOPPSI ou OPPSI ... chacun la nommera bien, comme elle lui plaira ou pas.L'essentiel, hélas n'est pas sur l'étiquette :(
salut à tous
#5 - Le 17 février 2011 à 07h39 par Débla, Le Cannet 06
Reçu cinq sur cinq, le débat n'étant pas mon truc, ce qui compte c'est de dénoncer les dérives, et aider ceux qui doivent l'être...Car les dérives sont nombreuses et se font jour de plus en plus.
#6 - Le 17 février 2011 à 07h54 par Débla, Le Cannet 06
Mais merci Mr le nom de la loi... Je sais reconnaitre lorsque je ne suis pas dans la justesse. J'essairai de moins bégayer la prochaine fois. Donc pardon Mr le journaliste d'avoir voulu vous reprendre, promis je ne le ferai plus ....
#7 - Le 17 février 2011 à 21h11 par Eric, GuÉrande (mais Plus Pour Longtemps)
Quel courage messieurs et mesdames les élues! Si j'ai bien compris comme on vous fait une mauvaise pub et que l'article a fait le tour de la France vous vous payez la tête du journaliste pour... avoir fait son travail?! Bien évidemment que personne ne portera plainte puisque vous perdriez. Et je pense qu'on va bien rigoler en 2012 quand tout le monde cherchera tous les moyens possibles pour s’exprimer. Allez vous avoir le culot de nous dire qu’aucuns d’entre vous ne fera appelle à guérande-infos alors qu’ils ont fait plus de 15000 en janvier et que ce nombre peux facilement monter à 20000 je suis sûr, vous passerez vous de 20000 lecteurs ou oserez-vous revenir vers eux avec un grand sourire ? J’ai hâte de voir
#8 - Le 17 février 2011 à 22h20 par Marie, GuÉrande
Je trouve le comportement des écologistes scandaleux. Donner un rendez-vous au journaliste plus tard dans le mois pour pouvoir lui « taper » dessus en conseille est vraiment très petit. Je ne vous félicite pas et vous pouvez être sûrs que ce genre de comportement ne vous apportera aucuns compliments ni aucune envie de s’engager à vos côtés
#9 - Le 17 février 2011 à 22h21 par Anonyme et plutôt deux fois qu’une
Je vous trouve tous aussi lâche les uns que les autres et vous pouvez être certains que mon vote n’ira à aucuns de vous.
#10 - Le 19 février 2011 à 02h42 par Duffay Eric, Nantes
Indignez-vous Monsieur Priou, oui, indignez-vous, contre votre gouvernement et sa ministre des affaires étrangères qui raconte mensonges sur mensonges depuis 15 jours.
De cette histoire, nous retiendrons tous votre conception de la démocratie et de la liberté de la presse.
Quant aux lâches de Gauche, ils ne viennent que confirmer l'ambiance actuelle et ce refrain aigre-doux qui vient du peuple : "UMPS, UMPS, UMPS".
Amis, entends-tu ?
#11 - Le 19 février 2011 à 20h08 par DéDé
de gauche comme de droite même combat : le fauteuil et le pouvoir .
Que ces gens considèrent que les personnes n'ont pas de pensée critique même si il sont calme est aussi ridicule que de considérer les individus de fascistes ou d'anarchistes , d'ailleurs c'est ne pas connaitre les valeurs de chaque côté car il y a des antagonistes .
Un peu d'histoire Môsieurs les élus :
ce sont les anarchistes qui se sont battu contre Franco en Espagne pendant la guerre civil , mais bon encore une fois seul compte écraser les gens par des noms d'oiseaux .
A ce propos je suis prêt à donner mon nom si cela peut aider les journaliste .
De plus , a t'on le nom de la personne qui à porté plainte contre Gilles Bernier ? Et peut on l'avoir ?
Concernant le journalisme : il n'y a QUE du journalisme d'opinion du mass media au petit media sur internet et la majorité faisant la part belle à des idées néfaste que prônent ces élus .
Qu'Ils fassent leur "honnête homme" sur les médias qui sont prêt à les écouter , et ils sont nombreux ...
Concernant les formations , ayant eu une formation en agriculture on peut dire qu'il a fallu que je revois pas mal de chose tellement ces formations faisaient la part belle à la destruction de la planète et qu'il faut savoir ... Les formations , ne sont pas le savoir faire (avec un respect pour ce qui nous entoure) ce sont bel et bien 2 choses distinctes .

Désolé pour les fautes d'orthographes car j'écris sur l'instant .
bon courage au journaliste
#12 - Le 20 février 2011 à 11h36 par Georges
Bravo aux journalistes qui font leur travail et plutôt bien ici. Pour ce qui concerne l' anonymat , on voit bien ce qui pourrait se passer alors vive l'anonymat.
Je pensais M. Priou un peu plus démocrate et respectueux de l'opinion publique. Quand on a peur, quand on n'a pas l'envergure qu'il faut, alors on traite les anonymes de lâche.
Par ailleurs il serait bon que nos élus votent l'achat d'un dictionnaire. En attendant cet achat:
"Le délit de diffamation peut être rapproché du droit à la vie privée, qui est équilibré avec le respect du droit à la liberté d'expression. Les gouvernements qui abusent des procédures de diffamation sont accusés de manier celle-ci comme moyen de censure."
Je ne pense pas que nos élus (droite, gauche, écolos) soient bien gênés lorsqu'ils écoutent MMs Stéphane Guillon ou Laurent Ruquier. Sur ce site, je ne vois nulle insulte, je ne vois que des propos mesurés même s'ils sont sévères.

MM les journalistes, continuez; vous êtes un rempart contre la dictature. Honte à ceux qui vous traînent dans la boue.
En attendant je sais pour qui je ne voterai sûrement plus et là aussi mon vote sera anonyme.
#13 - Le 21 février 2011 à 19h40 par pseudo, Quimper
Comme le dit Anonyme, Pseudo et plutôt deux fois qu'une. Honte à tous ces élus qui se cachent derrière la soi-disant loi d'atteinte aux droits de l'homme. Depuis quand n'a-t-on plus le droit d'avoir sa propre opinion dans ce pays ? depuis quand n'a-t-on plus le droit de s'exprimer même anonymement tant qu'on ne porte pas atteinte aux personnes ? depuis quand des élus sont-ils en droit de dicter aux journalistes ce qu'ils doivent dire, écrire et pourquoi pas penser ? Mais combien de temps encore faudra-t'il supporter l'arrogance, l'incompétence,la négligence de nos élus ? Ces hommes et ces femmes sont là pour être au service de leur communauté et de leur concitoyens. Il y en a certains qui le savent et nous le prouvent mais beaucoup d'autres l'oublient et ne sont là que pour leur profit, de toutes les manières possibles. Alors oui, HONTE A VOUS TOUS qui avez laissé faire pour Gilles Bernier et encore plus HONTE A VOUS qui avez osé "taper" sur le journaliste qui a parlé de cette affaire. Mesdames et messieurs les élus je ne vous salue pas.
#14 - Le 26 février 2011 à 13h10 par gilles bernier, Guerande
anonyme du dico:dont l'auteur est inconnu.
Il y aurait alors un anonymat "utile" (dénonciation dans un village),et un anonymat abject (commentaires de gens informés). Mais alors lequel est recevable et lequel peut servir à alerter? Qui détient le baromètre ?
N 'est-ce pas la société et le coeur de chacun ? Reste à lire le mercure.

Laisser un commentaire

*

*

*

*

Les champs marqués d'une étoile sont obligatoires

Media Web 136, avenue des Ondines 44500 La Baule
www.media-web.fr  |   Nous contacter